Nancy : mobilisation des motardes et motards contre les zones à circulation restreinte

De nombreuses motardes et motards étaient présents / © Patrick Germain - France 3 Lorraine
De nombreuses motardes et motards étaient présents / © Patrick Germain - France 3 Lorraine

L'impressionnant cortège de motards s'est ébranlé du Parc des Expositions, à Vandoeuvre (54), pour se rendre, samedi 21 octobre 2017, à la Porte Verte d'Essey, par les contournements. Motif de leur colère : le projet de zone à circulation restreinte (ZCR), mis en place par certaines villes.

Par Didier Vincenot

Motards en colère

Le monde de la moto, à l'initiative de la Fédération Française des Motards en Colère s'est mobilisé samedi 21 octobre 2017 à Nancy.

Le cortège de motos a pris le départ au Parc des Expositions de Nancy, pour rejoindre la zone commerciale de la Porte Verte, à Essey-lès-Nancy, par les contournements.


Un "ras le bol" qui concerne le projet très controversé par motards (et automobilistes d'ailleurs), de "zones à circulation restreinte" (ZCR), dans certaines villes, comme déjà en vigueur à Paris.

Le principe est simple : chaque agglomération aura pouvoir de décréter ces ZCR, interdisant la circulation de véhicules de + de 15 ans, ces 15 ans tombant même à... 5 ans en 2020 !

La vignette "Crit'Air"
complètera ce dispositif (Dans les zones de circulation restreinte (ZCR) comme Paris par exemple, les automobilistes qui n'auront pas la vignette Crit'Air seront passibles d'une amende de 68 € à partir du 1er juillet 2017. C'est ce qu'indique notamment un décret publié au Journal officiel du 7 mai 2017).


De quoi provoquer le courroux des motards, qui, à l'appel de la FFMC, ont manifesté clairement leur opposition à ce projet, samedi, à Nancy.


Manifestation de motards à Nancy



Le point de vue de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC)



La FFMC conteste la mise en place des mesures de restrictions de circulation permettant à des autorités locales et régionales de décréter des zones à circulation restreinte (ZCR) pour motif de pollution d’où seront exclus les possesseurs de véhicules de  + de 15 ans aujourd’hui et des véhicules de + de 5 ans d’ici 2020. 



Ces interdictions programmées s’accompagnent de l’obligation de la vignette Crit’Air qui désignera aux forces de l’ordre l’usager autorisé à circuler ou indésirable, prié de ne pas venir « polluer » la ville où il est pourtant contraint de se rendre.

La FFMC conteste que ces plans de ségrégation spatiale et sociale incluent les deux-roues motorisés qui sont pourtant une alternative aux problèmes de congestion urbaine et donc aux questions portant sur la protection de l’atmosphère !

Si des gens utilisent quotidiennement un 2RM pour se rendre au travail ou tout autre activité participant à la vie économique du pays, ce n’est pas forcément au nom d’un plaisir individualiste, mais parce que c’est pour eux le meilleur moyen qu’ils ont trouvé pour se déplacer souplement tout en se passant d’une voiture.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’usage des 2RM reste à la charge financière de ses seuls utilisateurs, sans nécessiter de subventions publiques comme le déploiement des parcs de véhicules électriques sur abonnement, sans nécessiter de voies de circulation en site propre, sans bénéficier d’aucune incitation fiscale à remplacer son véhicule pour un modèle neuf ou plus récent, autant de mesures coûteuses pour l’ensemble des contribuables.

La circulation des 2RM dont aucun ne fonctionne au diesel, en alternative à la voiture, ne coûte rien à l’État et bénéficie à l’ensemble des usagers de tous modes de transports : un usager en 2RM, c’est une auto de moins dans les embouteillages et en stationnement, en « parking-relais » comme sur le lieu de destination finale et c’est une personne de moins dans des transports collectifs déjà saturés aux heures de pointe.

Source : FFMC

Sur le même sujet

Les + Lus