• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nancy : le mystère du porte-cartes du Docteur Poirot

Des documents qui semblent tout récents mais qui datent pourtant de 1933. / © Mairie de Nancy
Des documents qui semblent tout récents mais qui datent pourtant de 1933. / © Mairie de Nancy

Rien à voir avec une enquête d'Agatha Christie, même si l'anecdote est contemporaine de l'écrivaine. C'est une petite histoire qui a eu lieu en 1933 dans la vie d'un jeune étudiant en médecine, Jean Poirot. Elle résonne différemment à nos oreilles en ce mois de septembre 2019. Pourquoi ? 

Par Sophie Gueffier

C'est une petite histoire, comme on les aime à France 3 Lorraine. Toute simple et pleine de nostalgique poésie. 

33, dites 33

Jean Poirot est étudiant à la faculté de médecine. En 1933, ce n'est évidemment pas la Faculté telle qu'on la connaît aujourd'hui. Les étudiants, bien moins nombreux, suivent encore les cours dans des locaux situés rue Lionnois à proximité de l'hôpital Central. Il est fort à parier que durant son internat, le futur docteur en psychiatrie a eu à faire des consultations à l'hôpital. Il est alors facile d'imaginer qu'il disait, en cette année 1933, avec un brin d'humour carabin: "Dites 33, Madame", lors des auscultations...
Durant toujours cette fameuse année universitaire 1933-1934, il se rend à la Bibliothèque municipale de Nancy. (Actuelle Biliothèque Stanislas). Il y égare son porte-cartes. C'est balot.
Peut-être que la perte de ses papiers lui a causé des désagréments? A-t-il été contrôlé au volant de sa motocyclette, s'apercevant ainsi que ses papiers étaient perdus? A-t-il été chagriné par la perte de la lettre d'un de ses amis, conservée précieusement sur lui? A-t-il mené l'enquête pour retrouver ses papiers et leur portefeuille?
Nul ne le sait.

L'étudiant est devenu médecin, spécialisé en psychiatrie. Il s'est illustré dans la Résistance. Il a été déporté. Il est même devenu conseiller général des Vosges. Il s'est éteint en 1981, sans jamais avoir retrouvé son porte-cartes. 

Et alors ?

Durant toutes ces années, entre 1933 et 2019, le porte-carte est resté quelque part dans les archives de la Bibliothèque. Jamais réclamé, il a été entreposé au petit bonheur la chance. 
C'est lors d'une opération d'archivage, courant juillet de cette année, qu'un agent de la Bibliothèque , devenue Stanislas, est tombé sur l'objet et en a décelé toute la poésie. 

La chose qui s'est alors imposée, c'est de rendre ces documents privés à la famille
- Claire Haquet, conservateur

Quelques recherches plus tard, la famille du docteur Jean Poirot est retrouvée. 

Le porte-cartes et tout son contenu, empreint de nostalgie familiale, est remis ce samedi 7 septembre à 14h00 dans les locaux de la Bibliothèque Stanislas. 
 

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus