Pont-à-Mousson : Qui veut la peau de Saint-Gobain ?

 L'usine Saint Gobain PAM à Pont à Mousson (Meurthe-et-Moselle). / © France 3 Lorraine
L'usine Saint Gobain PAM à Pont à Mousson (Meurthe-et-Moselle). / © France 3 Lorraine

Des éléments d'un rapport d’un cabinet d’analyse stratégique parisien paru ce vendredi 27 septembre dans la presse provoque une vive inquiétude sur l’avenir de l’usine Saint-Gobain de Pont à Mousson. Les syndicats sont surpris et exigent la transparence sur le dossier.
 

Par Eric Molodtzoff

Les informations parues ce vendredi 27 septembre dans les colonnes de notre confrère l’Est Républicain font souffler un vent de panique dans le bassin mussipontain. Le rapport du cabinet parisien ADIT commandé par la Région Grand-Est pointe les risques d’une prise de contrôle de la société par le chinois Xin Xing.


Pillage et fermeture


Selon nos confrères de la presse écrite, les analystes décryptent la stratégie de Xin Xing : L’industriel chinois ferait d’une pierre deux coups : Il mettrait la main sur les 1500 brevets de Saint-Gobain et fermerait le site afin d’éliminer un concurrent. Marc Antoine de la CFDT n’est pas étonné : "Je n’ai aucune information sur ce rapport hormis l’article de l’Est".

Les éléments indiqués ne font que confirmer les craintes émises dès le début du dossier par l'intersyndicale CGC-CFTC-CFDT
- Marc Antoine, CFDT

 
Une direction pas au courant

Selon Julien Hézard de la CGT, la direction a émis un communiqué interne où elle affirme ne pas avoir connaissance du rapport ADIT. Les visites des candidats à la reprise se poursuivent. Elle précise que les organisations syndicales seront les premières informées du choix définitif.

On refuse d’être pris en otage
- Julien Hézard, CGT


Julien Hézard précise : "Quel que soit le candidat retenu, s’il arrive avec de mauvaises intentions il sera reçu. Il y va de la pérennité des installations et du maintien de 2000 emplois".

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus