Première mobilisation au centre-ville de Nancy au lendemain de la suspension de l'interdiction de manifester

Publié le
Écrit par Christophe Gomond
Le coup d'envoi de la manifestation a été donné à 14 heures.
Le coup d'envoi de la manifestation a été donné à 14 heures. © Stiliana Peev/FTV

Après la suspension par le tribunal administratif de l'arrêté préfectoral interdisant les manifestations au centre-ville de Nancy, les associations contre les violences sexuelles et sexistes ont manifesté samedi 27 novembre dans la cité ducale.

Les associations contre les violences sexuelles et sexistes ont pu manifester samedi 27 novembre au centre-ville de Nancy. Environ, 350 personnes ont battu le pavé pour dénoncer toutes les formes de violence menées à l'encontre des femmes. La veille, le tribunal administratif saisi par l'association Nous toutes 54 et par des syndicats, avait retoqué l'arrêté préfectoral interdisant toute manifestation dans la cité ducale jusqu'au 02 janvier. Du coup, le rassemblement a été autorisé à la toute dernière minute à la grande satisfaction des organisateurs. 

L'inquiétude des commerçants

La suspension de l'arrêté préfectoral interdisant les manifestations au coeur de la capitale meurthe-et-mosellane suscite l'inquiétude des commerçants nancéiens alors que l'on entre dans la période cruciale des achats de Noël et que le samedi demeure l'un des jours les plus fréquentés. Sébastien Duchowicz le président des Vitrines de Nancy ne décolère pas: " On regrette cette décision. Nous, on aurait souhaité bien évidemment que le centre-ville soit apaisé pendant toute cette période des fêtes de fin d'année. Avec la Saint-Nicolas le week-end prochain et ce week-end déjà avec le Black Friday ce sont des week-ends très importants pour le commerce nancéien. On ne peut que regretter cette décision parce que ça va pénaliser le commerce de centre-ville."

De son côté "le bloc lorrain" qui manifestait du côté de la zone commerciale d'Houdemont ce samedi après-midi s'est réjoui de la décision du tribunal administratif de Nancy. " Le collectif qui a attaqué au tribunal, il a eu raison" selon Kévin membre de ce mouvement "parce que sinon c'est la porte ouverte à beaucoup de choses. Cela peut se répandre partout en France et on bafoue le droit de manifester. Donc là, justice a été faite et on va pouvoir manifester en centre-ville". 

 

 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.