Bure : prison avec sursis requise pour avoir détruit le mur de l'Andra au bois Lejuc

© Photo : Jean-Philippe Tranvouez. France 3 Lorraine.
© Photo : Jean-Philippe Tranvouez. France 3 Lorraine.

Des peines de quatre à cinq mois de prison avec sursis ont été requises mardi 13 février à l'encontre de deux hommes, jugés par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc. Ils ont participé à la démolition d'un mur érigé par l'Andra. Une troisième personne est poursuivie pour diffamation. 

Par Yves Quéméner, avec l'AFP.

Devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc (55), trois "anti-cigéo" comparaissaient mardi 13 février 2018. Deux hommes de 69 ans, un agriculteur alsacien, Christian Vincent et un enseignant à la retraite, Christian Vaugin, sont poursuivis pour la dégradation d’un mur de l’Andra , dans le bois Lejuc, en août 2016 lors d’une manifestation. Et une troisième personne est poursuivie pour « atteinte à l’honneur » d'un commandant.

Des peines de 4 à 5 mois de prison avec sursis ont été requises par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc à l'encontre des deux hommes. Le jugement sera rendu le 10 avril. "Je dis non, je ne suis pas coupable. Oui j'étais dans le bois Lejuc mais je n'ai pas détérioré le mur", a dit l'ancien enseignant, au début de l'audience.

Le procureur, Olivier Glady, a également demandé une amende de 300 euros à l'encontre des deux prévenus. Ils avaient refusé le prélèvement de leur empreinte génétique. Pour la troisième personne, le procès en diffamation, le parquet requiert une amende de 400 euros à l’encontre du prévenu.


Le directeur de l’Andra, était cité comme témoin. Il n’était pas présent ce matin à l'audience.

Le juge avait estimé, au mois de septembre,  qu’il y avait un problème dans le dossier, car l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (l'Andra),  n’était plus propriétaire du bois Lejuc.  Dans le bois Lejuc, à Mandres-en-Barrois (55), le projet Cigéo, mené par l'Andra, vise à enfouir à 500 mètres sous terre les déchets nucléaires les plus radioactifs du parc français.

Deux semaines avant la destruction du mur, la justice administrative avait condamné l'Andra pour avoir érigé ce mur et réalisé des travaux de défrichement sans autorisation.

Compte-rendu d'audience : Jean-Philippe Tranvouez, France 3 Lorraine. 

Des peines de 4 à 5 mois de prison avec sursis ont été requises par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc.


 

Pour aller plus loin :

Sur le même sujet

Marne. Une gendarmerie au plus près des citoyens

Près de chez vous

Les + Lus