• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nucléaire : une société française se fait pirater des documents confidentiels liés au site de Bure

Des opposants au projet d'enfouissement profond des déchets nucléaires à Bure (Meuse), à la frontière de la Haute-Marne. / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Des opposants au projet d'enfouissement profond des déchets nucléaires à Bure (Meuse), à la frontière de la Haute-Marne. / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Une société travaillant sur le projet de stockage en profondeur des déchets nucléaires à Bure (Meuse) s’est faite pirater des documents "confidentiels, mais pas si sensibles" en juin dernier, a révélé Le Monde.

Par Marc Taubert avec AFP

Dans la nuit du 10 au 11 juin dernier, les 1.700 salariés de la société française Ingérop, qui fait partie des prestataires au projet Cigéo de stockage en profondeur des déchets nucléaires à Bure (Meuse) reçoivent un mail étranger qui leur demande "transmettre toutes les informations confidentielles à leur disposition sur le projet Cigéo à une adresse e-mail sécurisée", révèle Le Monde (abonnés).

10 jours plus tard, des documents commencent à être mis en ligne, concernant non seulement le site de Bure mais également la centrale nucléaire de Fessenheim, et des centres pénitentiaires français, ajoute le journal en précisant toutefois que les éléments publiés sont "confidentiels, mais pas si sensibles".

Que révèlent les documents ?

80 go de documents ont été mis en ligne, dont des plans précis du site que nous avons pu consulter. On peut notamment voir le nom des personnes travaillant sur le projet ainsi que leur CV.

D’autres documents concernent d’autres installations françaises comme la centrale nucléaire de Fessenheim ou des centres pénitenciers, notamment la prison de Lutterbach (Haut-Rhin).

François Lacroix, un cadre de l’entreprise cité par Le Monde, minimise la portée de l’attaque : "ça ne représente qu’un nombre très réduit de projets".

Qui peut être à l’origine de cette attaque ?

Une enquête menée conjointement avec l’Allemagne (lancée par le parquet de Partie avec celui de Cologne) a néanmoins été lancée, mais les hackers n'ont toujours pas été identifiés, selon le journal.

Les regards sont tournés vers la mouvance écologique radicale, anti-Bure. Le collectif Les Monstres de Cigéo appelle par exemple à "concentrer [ses] efforts dans un premier temps sur l’entreprise INGEROP, pour son implication énorme dans CIGEO et les projets connexes. INGEROP est une boîte française d’ingénierie qui assure la maîtrise d’ouvrage sur certains des pires projets de notre bout d’Europe". Mais, relève Le Monde, le piratage n’est pas un de ses modes d’action favoris.

Les auteurs de l’action pourraient se trouver aussi en Allemagne, voire dans un autre pays européen. Le mystère reste donc entier sur l’identité de ces hackeurs.

Projet controversé

Le gouvernement français a lancé fin septembre une consultation publique sur la gestion des matières et déchets radioactifs sur le territoire français.

Parallèlement, un "centre d'information et de ressources à destination du grand public" a été lancé sur le projet Cigéo, qui vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français, et qui suscite une farouche opposition de plusieurs organisations et lanceurs d'alerte.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus