Coronavirus : les gendarmes de la Meuse utilisent des drones pour contrôler le respect du confinement

Pour faire respecter les mesures de confinement les gendarmes de la Meuse ont fait appel à la cellule drone de Verdun. Exemple à Commercy ce vendredi 20 mars où les militaires ont rappelé à l'ordre les contrevenants depuis les airs.

Un drone de la gendarmerie en cours de décollage devant le château de Commercy (Meuse) le 20 mars 2020. L'appareil est équipé d'un haut parleur pour délivrer des messages à la population.
Un drone de la gendarmerie en cours de décollage devant le château de Commercy (Meuse) le 20 mars 2020. L'appareil est équipé d'un haut parleur pour délivrer des messages à la population. © Frédéric Madiai - France 3 Lorraine
"Vous êtes en présence d'un drone de la gendarmerie nationale. Rappel des mesures de confinement Covid 19 : les rassemblements sont interdits. Veuillez rejoindre votre domicile sous peine d'amende".

Tel est le message que les habitants de Commercy (Meuse) ont entendu depuis le ciel ce vendredi 20 mars 2020. Une annonce délivrée par un drone équipé d'un haut parleur. Une aide précieuse de la technologie pour faire respecter l'ordre. 

"Le drone sert à aller dans des endroits où il n'y a pas de facilité d'accès avec nos véhicules, notamment les parcs, les zones de travaux ou des zones vraiment excentrées" explique le gendarme Yann Nicolas, télépilote de la cellule zonale de système drone de Verdun.
Le télépilote Yann Nicolas dirige le Mavic 2 Enterprise de la gendarmerie nationale au dessus de Commercy (Meuse) le 20 mars 2020. Sur cette opération il vient en appui de la compagnie de Commercy pour faire respecter les mesures de confinement.
Le télépilote Yann Nicolas dirige le Mavic 2 Enterprise de la gendarmerie nationale au dessus de Commercy (Meuse) le 20 mars 2020. Sur cette opération il vient en appui de la compagnie de Commercy pour faire respecter les mesures de confinement. © Lodoïs Gravel - France 3 Lorraine
 

Les yeux et la voix des gendarmes

L'appareil permet de cibler les contrôles et de faire de la pédagogie. Il permet d'identifier très rapidement dans un rayon de 500 mètres les personnes qui n'observent pas le confinement.

Lors de l'opération de ce vendredi 20 mars au centre ville de Commercy, le drone a permis de repérer des habitants qui ne respectaient pas le confinement et de leur adresser un rappel à l'ordre.
Sur l'écran de contrôle, ici à 40 mètres de hauteur, le télépilote vient en appui des patrouilles au sol pour repérer les contrevenants.
Sur l'écran de contrôle, ici à 40 mètres de hauteur, le télépilote vient en appui des patrouilles au sol pour repérer les contrevenants. © Lodoïs Gravel - France 3 Lorraine
Et lorsque le rappel à l'ordre ne suffit pas le dispositif permet de faire appel à une patrouille au sol qui se rend physiquement sur les lieux pour faire de la pédagogie et éventuellement dresser des contraventions.

"La plupart de nos concitoyens a compris l'utilité de se maintenir confinés dans leur habitation. Nous avons quand même dû dresser des contraventions face à des personnes qui ne respectaient pas - parfois par choix - les decrets et les arrêtés des autorités politiques" explique Marco Levasseur, commandant de la compagnie de gendarmerie de Commercy.

Sur le pont pour le week-end

La région Grand-Est dispose de 18 drones de gendarmerie opérés par 30 télépilotes. Ils seront mis à contribution en fin de semaine car "il existe un attachement très fort au week-end chez nos concitoyens" estime le chef d'escadron Marco Levasseur. "Il ne faudrait pas que cela entraîne une affluence dans les lieux de loisirs, ou les parcs et jardins".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société justice