Bouzonville : quatre arrestations pour un projet d'action violente de l'ultra-droite contre Emmanuel Macron

L' enquête sur un projet d'action violente visant le président Emmanuel Macron a permis l'arrestation de six personnes liées à l'ultradroite. Quatre personnes ont été interpellées à Bouzonville, en Moselle. / © Photo : Christophe Gomond, France 3 Lorraine.
L' enquête sur un projet d'action violente visant le président Emmanuel Macron a permis l'arrestation de six personnes liées à l'ultradroite. Quatre personnes ont été interpellées à Bouzonville, en Moselle. / © Photo : Christophe Gomond, France 3 Lorraine.

Dans le cadre d'une enquête sur un projet d'action violente visant le président Emmanuel Macron, six personnes liées à l'ultradroite ont été arrêtées mardi 6 novembre. Quatre personnes ont été interpellées à Bouzonville, en Moselle.

Par Yves Quemener

Six suspects, en lien avec la mouvance de l'ultradroite, ont été interpellées mardi 6 novembre 2018, pour un projet d'action violente visant le président Emmanuel MacronQuatre personnes ont été interpellées à Bouzonville en Moselle.
 
Projet d'action violente visant Emmanuel Macron : réaction de Christophe Castaner.

Les autres arrestations sont intervenues dans les départements de l'Isère, de l'Ille-et-Vilaine.
Il s’agit de sympathisants d’extrême droite, cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans, selon l'AFP.

Par téléphone, interrogé par Christophe Gomond journaliste à France 3 Lorraine, le maire de Bouzonville (Moselle), Denis Paysant, déclare : 

ne pas avoir été avisé de cette intervention policière sur le territoire de sa commune et s’est dit stupéfait d’avoir appris cela par les médias.

Il n’avait jamais entendu parler de la présence à Bouzonville de personnes appartenant à l’ultra-droite.

Ainsi, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé plusieurs suspects en lien avec la mouvance d'ultradroite à la suite de renseignements faisant état d'un possible projet d'action violente contre le président de la République.
 

L'enquête vise un projet, imprécis et mal défini à ce stade, d'action violente contre le président de la République.  Les investigations en cours doivent permettre d'établir la réalité et la nature
exacte de cette menace,

indique une source proche de l'enquête à l'AFP.
 

 


Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 
 



  
 

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus