• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Metz: deux étudiants auteurs de messages racistes renvoyés devant la section disciplinaire de l'université de Lorraine

L'enquête sur les propos racistes à l'université de Lorraine sur le campus du Saulcy (Moselle), aura duré quatre jours. / © Rayane Benmokrane. France 3 Lorraine
L'enquête sur les propos racistes à l'université de Lorraine sur le campus du Saulcy (Moselle), aura duré quatre jours. / © Rayane Benmokrane. France 3 Lorraine

Les deux étudiants auteurs de messages racistes sont renvoyés devant la section disciplinaire de l'université de Lorraine, qui décidera de leur sort administratif. Sans préjuger d’éventuelles poursuites judiciaires suite aux plaintes et signalements déposés.

 

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Le président de l'université de lorraine, Pierre Mutzenhardt, avait indiqué, lors de sa venue à notre JT, lundi 29 avril, qu'il avait ouvert une enquête interne, comme l'avait demandé dans un tweet la ministre de l'enseignement supérieur Frédérique Vidal.

Cette enquête achevée, ses conclusions en ont été rendues publiques ce vendredi 03 mai 2019. Elles se traduisent par une suite à la fois disciplinaire et judiciaire à ces faits, d'une "extrême gravité", selon les termes mêmes du communiqué diffusé par la présidence.

Sur le plan administratif, les deux étudiants, auteurs de messages racistes via un groupe privé créé sur un réseau social, sont renvoyés devant la section disciplinaire de l'université de Lorraine.
C'est cette instance qui décidera du sort administratif de ces deux jeunes gens, elle seule "dispose d’un pouvoir de sanction vis-à-vis des étudiants".

Sur le plan pénal, l'université va compléter "le signalement déjà effectué au Procureur de la République par la transmission des éléments recueillis" à l'occasion de l'enquête diligentée en début de semaine et rapidement menée par le directeur de l'UFR de Sciences Humaines et Sociales (SHS Metz), le vice-président Egalité-diversité et le service des affaires juridiques de l'université.

Ce complément de signalement va s'ajouter aux plaintes déjà déposées, pour lesquelles la Justice n'a pas encore indiquée quelles suites elle comptait y donner. ce qui, pour les deux étudiants mis en cause, pourrait signifier une double sanction administrative (pouvant aller jusqu'à l'exclusion de l'université) et pénale.

Pour dénoncer ces agissements, une marche contre le racisme avait rassemblé plusieurs centaines de personnes mardi 30 avril.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Charleville-Mézières : l'Institut international de la marionnette en difficultés financières

Les + Lus