Metz : les trucothèques ont le vent en poupe

Un magasin gratuit, c’est le concept d’une trucothèque. Vous pouvez prendre, emprunter ou donner des objets sans débourser un sou. En trois ans, c’est la troisième trucothèque qui ouvre ses portes à Metz ce mercredi 10 mars.

La nouvelle trucothèque dans le quartier Borny à Metz
La nouvelle trucothèque dans le quartier Borny à Metz © Marie Madec pour France 3 Lorraine

C’est une nouvelle trucothèque, un magasin gratuit qui ouvre aujourd’hui, mercredi 10 mars 2021, dans le quartier de Borny à Metz. Le concept plaît. Le but : partager, récupérer ou laisser des objets de façon complètement gratuite.
C’est un événement dans le quartier de Metz Borny. la nouvelle trucothèque voit le jour dans un local de 80 mètres carrés, prêté par le constructeur de logements sociaux LogiEst.

Le projet est porté par l’association Motris qui ouvre là  son troisième magasin gratuit, après ceux du quartier Bellecroix et du quartier Outre-Seille à Metz.

Ça va au-delà de la demande des habitants ici c’est le bailleur social qui nous a proposé d’ouvrir un magasin gratuit. De notre côté les bénévoles ne manquent pas.

Marie Madec, membre de l’association Motris

7.000 visiteurs par an

Le premier magasin a été ouvert en juillet 2018. Il compte 7.000 visiteurs par an. Les habitants du quartier peuvent donner des objets dont ils n’ont plus l’utilité ou juste venir chercher gratuitement de la vaisselle, des vêtements, des livres, des objets de décoration etc.

durée de la vidéo: 00 min 13
Nouvelle trucothèque à Metz (france télévisions)

C’est pour tout le monde, et c’est bien pratique.

Rachida, utilisatrice et bénévole

Le prêt d’objet est également mis en place. Outillage, outils de jardin, appareil de cuisine, jeux de société, de nombreux objets dont nous avons besoin pour une courte période, voir quelques heures.
"J’ai emprunté un appareil à mini crêpes pour ma fille en classe de sixième et ses copines venues à la maison", explique Rachida, utilisatrice et bénévole. "C’est très bien d’emprunter car on va l’utiliser une ou deux fois et puis on va stocker… Les gens se trompent, ils pensent que la trucothèque s’est fait pour des personnes avec peu de moyens mais c’est pour tout le monde, et c’est bien pratique."

L’objectif est le partage mais aussi moins dépenser, moins consommer, moins stocker chez soi et bien sûr moins jeter. Ainsi chaque trucothèque voit passer plus de 40.000 objets par an et environ 600 objets sont prêtés.

Les trucothèques sont ouverte mercredi et samedi de 14h à 17h. Pour en bénéficier, nul besoin d’adhésion à l’association. Une  participation libre est en revanche possible. Car contrairement à l’idée de voir des abus, les gens ont du mal à prendre gratuitement.

Ailleurs dans la région

A Nancy, le concept a du mal à s’installer. Car pour tenir une trucothèque il faut un local, de préférence subventionné et des volontaires pour recevoir, trier et ranger les objets et tenir une permanence. A Maxéville, l’association  "Les petits débrouillards", a créé une zone de gratuité dans leurs locaux appelés "La piscine". Vinyles, CD, livres, le lieu est accessible six jours sur sept à tous.

Nous avons 30 cartons remplis de bouquins, CD et autres. Pour créer une vraie trucothèque il faut de la place, on aimerait bien mais nous n’avons pas assez d’espace ici.

Ameline Bunle, la directrice des Petits débrouillards Grand Est.

Mais le concept des magasins gratuits n’est pas nouveau. Il existe ailleurs en France. Dans le Grand Est, l’association Motris sert de référence. Elle reçoit des demandes en dehors de la région.

Le concept se développe, nous avons donné des conseils à une association à Besançon. Récemment nous avons eu également des questions d’une autre association en Alsace.

Marie Madec, membre de l'association Motris

Motris est prête à accompagner les personnes qui veulent porter un projet de trucothèque partout en Lorraine. Quant à l’agglomération de Metz, deux nouveaux projets sont en cours à la demande des habitants.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société écologie environnement solidarité