Metz : une grève de 48h votée au Républicain Lorrain

Publié le Mis à jour le

Réunis en assemblée générale ce mardi 29 mars 2022, les salariés du quotidien régional, Le Républicain Lorrain ont décidé de ne pas fournir de contenu pendant 48 heures. Leurs confrères de L'Est Républicain et de Vosges Matin sont également en grève.

Les salariés du Républicain Lorrain ont décidé d'engager un bras de fer avec leur direction. Réunis en AG ce mardi 29 mars 2022 à Metz, ils ont voté une grève de 48h. "114 journalistes étaient présents et ont acté cette grève" a déclaré Catherine Belin, déléguée SNJ, "cela représente 70% de la rédaction et d'autres services suivent également le mouvement."

"Le ras le bol, la fatigue, le stress, la perte de sens de notre métier, le manque de reconnaissance, la surcharge de travail, etc. affectent chacun d'entre nous depuis trop longtemps. Il est temps de donner un grand coup d'arrêt à cette spirale négative dans laquelle la rédaction en chef et la direction nous entraînent" peut-on lire dans un communiqué, publié par l'intersyndicale.

"L'organisation actuelle de la rédaction ne tient qu'au surengagement, parfois au détriment de leur vie personnelle, dont toutes les équipes rédactionnelles font preuve pour compenser la perte d'effectifs, le manque d'anticipation dans la prise de décision, la verticalité de la chaîne de responsabilité plus attachée à la forme qu'au fond, l'instabilité des fonctionnements, la perte d'autonomie rédactionnelle, l'incompatibilité entre charges éditoriales print et web et nombre décroissant de journalistes..." précise le communiqué.

"On demande un calendrier de négociation pour tout remettre à plat" a déclaré Catherine Belin, "sur les effectifs, la revalorisation des indices ou encore l'organisation, il est urgent d'ouvrir un calendrier car il y a une grosse fatigue. Mais une chose est certaine, on ne livrera pas de contenus. Maintenant, est-ce que titre paraîtra ou pas ? Je ne sais pas ce que va faire la direction."

En septembre 2017, le nouveau responsable du pôle presse du Crédit Mutuel, Philippe Carli, avait opté pour la fermeture de l'historique site d’impression de Woippy, entraînant la suppression d’une soixantaine d’emplois. L’impression du quotidien avait été confiée, au cours du premier semestre 2018 à l’Est Républicain, à Nancy-Houdemont (54) pour passer au format tabloïd. Certains grévistes évoquent un blocage du centre d'impression à Nancy dans la soirée pour empêcher la parution et la distribution des différents quotidiens.

Mouvement également à L'Est Républicain ou Vosges Matin

La grève touche également deux autres titres du groupe Ebra : L'Est Républicain et Vosges Matin. "Les deux principales agences dont Nancy sont touchées" explique Eric Barbier, délégué SNJ à L'Est Républicain, "cela faisait longtemps que ça couvait. On le répète régulièrement : les équipes sont épuisées. On verra après le bouclage dans la soirée vers 21h30 si les titres paraissent ou pas."

Ebra, filiale du Crédit Mutuel est un poids lourd dans le paysage médiatique français. Ebra se présente comme le premier groupe de presse français avec une diffusion de plus de 800.000 exemplaires, possédant neuf quotidiens régionaux dont Le Républicain Lorrain, L'Est Républicain ou encore Vosges Matin.

Le mouvement, initié en Lorraine, pourrait s'étendre à d'autre titres comme Le Progrès (Lyon) ou Le Dauphiné Libéré (Grenoble).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité