Moselle : 800 kilos de poissons morts repêchés dans l'étang du Canoë-Kayak Club de Mondelange

Publié le
Écrit par Yves Quemener .

Dans le contexte climatique actuel, ce lundi 8 août 2022 800kg de poissons ont été retrouvés morts à la surface de l'étang du Canoë-Kayak club de Mondelange en Moselle. Une nouvelle conséquence désastreuse de la sécheresse sur la faune aquatique. Le nettoyage de l'étang a débuté vendredi 12 août par les pécheurs.

Cette catastrophe environnementale est certainement due à la canicule et la sécheresse. Environ 800 kilos de poissons morts ont été retrouvés dans un étang de Mondelange ( Moselle). 

C'est le manque d'oxygène dans l'eau qui a très certainement causé cette mortalité.

Céline Ferraro, membre du GIUMA, le Groupe d'Intervention d'Urgence en Milieu Aquatique.

C'est un pêcheur qui a remarqué la présence de nombreux cadavres de poissons sur le bord de l'étang du Canoë-Kayak Club de Mondelange. Céline Ferraro est membre du GIUMA (Groupe d'intervention d'Urgence en milieu aquatique). Elle explique : "C’est la chaleur qui fait évaporer l’eau de l’étang. Du coup elle chauffe plus vite et là on évalue à peu près à 800 kg les poisons morts. Des poissons qui ont bien sûr besoin en priorité d’eau et donc d’oxygène. En fait ce sont les poissons de fond et les gros poissons qui meurent en premier."

Le nettoyage de l'étang a été débuté vendredi 10 août par les pécheurs.

Retrouvez en vidéo l'interview de Céline Ferraro au micro de Pauline Lhermitte diffusée dans le journal de midi de France 3 Lorraine. 

durée de la vidéo : 27sec
{} ©France Télévisions

Selon Céline Ferraro, ces phénomènes seraient une des conséquences du dérèglement climatique. Ils pourraient devenir plus fréquents dans les années à venir. Au lendemain de cette découverte, c'est la gendarmerie qui doit déterminer les causes de ces morts subites. Une enquête est en cours.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité