Contz-les-bains : la MSA lui réclame plus de 6.700 euros de cotisations après des vendanges solidaires

Claude Sontag dans ses vignes à Contz-les-Bains (Moselle). / © René Elkaïm. France 3 Lorraine
Claude Sontag dans ses vignes à Contz-les-Bains (Moselle). / © René Elkaïm. France 3 Lorraine

Claude Sontag, un vigneron mosellan, doit verser, en ce début janvier, 6.735,88 € à la MSA (sécurité sociale des agriculteurs) pour n'avoir pas déclaré l’aide de ses amis et clients lors de la vendange solidaire qui a suivi l’incendie de l’un de ses bâtiments en juin 2018.

Par Jeanne Lehair

Le 15 juin 2018, à Contz-les-Bains, Claude Sontag vigneron labélisé AOC Moselle, perd 140m² de bâtiment et une grande partie de son stock dans un incendie. Quelques semaines plus tard, alors que son préau n’est pas encore construit, les vendanges démarrent. Claude Sontag se souvient: "Je ne savais pas quoi faire, cela a été une véritable période de doute… " Heureusement, amis et clients se mobilisent pour lui donner un coup de main.

Certains ont même posé des jours de congés. Sans eux, il n’y aurait pas eu de vendange.
- Claude Sontag, vigneron

Le prix de la solidarité

Mais ce qu’ignore Claude Sontag, c’est que la solidarité a un coût. Et pour lui, il est particulièrement élevé. 6.735,88€ de cotisations non versées lui sont demandées par la MSA. Une somme qui représente environ 10% de son chiffre d’affaire.
"Le montant m’a surpris, j’étais furieux et en colère. Je n’ai pas trouvé ça logique" confie Claude Sontag.

Pour la Mutualité Sociale Agricole interrogée ce vendredi 10 janvier 2020, le contexte de l’incendie a été pris en compte. Il ne s’agit pas d’une amende mais d’une régularisation.
La MSA ajoute qu’elle sera souple quant aux modalités de paiement.
Claude Sontag au bar de son point de vente à Contz-les-Bains. / © Jeanne Lehair pour France 3 Lorraine
Claude Sontag au bar de son point de vente à Contz-les-Bains. / © Jeanne Lehair pour France 3 Lorraine

Remise espérée

Le vigneron n’est pas très optimiste sur la suite des événements. "Je m’attends à devoir payer cette somme mais j’aimerais au moins une petite remise", explique le vigneron, quelque peu désabusé.

Quand on a du mal à sortir la tête de l’eau, on nous l’enfonce encore plus.
- Claude Sontag

En attendant son rendez-vous avec la direction de la MSA le 15 janvier, Claude Sontag préfère se concentrer sur ce qu’il sait faire: travailler dans ses vignes et produire de bonnes bouteilles de vin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus