Nancy: le nombre de morts sur les routes en net recul, “ la limitation à 80 km/h à produit des effets favorables”

© Brice Bachon / France 3 Champagne-Ardenne
© Brice Bachon / France 3 Champagne-Ardenne

Le nombre de morts sur les routes françaises est en recul de 7,5% au mois de mai par rapport à la même période l'année dernière en 2018. Selon un rapport de la sécurité routière, publié vendredi 21 juin, 248 personnes ont été tuées sur les routes. 

Par Yves Quemener

Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a reculé de 7,5% au mois de mai. Deux cent quarante-huit personnes ont été tuées, soit vingt de moins qu'en mai 2018. Ce chiffre, publié le vendredi 21 juin 2019,  par la prévention routière vient inverser la tendance à la hausse enregistrée depuis le début de l'année.

On retrouve cette même tendance dans le Grand-Est. "Les cyclistes et les deux roues ont privilégiés la voiture, à cause de la météo. Et les deux roues sont bien souvent les plus concernés par les accidents" explique Severine Malric, directrice régionale de la prévention routière du Grand-Est.
"D'autre part, la limitation à 80 km à peut-être produit quelques effets favorables, ainsi que la remise en service des radars." 

En effet, les autorités avaient notamment déploré un relâchement des comportements induit par les radars détruits dans le cadre du mouvement des "gilets jaunes". Ils souhaitaient limiter la vitesse de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires.
"Ce mois de mai est à un niveau assez bas. Le seul mois de mai où on a eu moins de morts ces dernières années était en 2013, avec 224 morts", a souligné à l'AFP le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe.
 
 

Le téléphone au volant est devenu un fléau

Les automobilistes font aujourd'hui attention aux grands excès de vitesse et à la forte alcoolémie mais ils n'arrivent pas à se passer de leur téléphone, devenu un véritable fléau. Sur les routes en quinze ans,  les comportements à risques ont changé. 
En revanche, la vitesse et l'alcool, causes historiques et désormais très connues d'accidents mortels, sont en baisse. Selon la sécurité routière, le téléphone est impliqué dans au moins un accident sur dix. 
"Le téléphone portable est devenu une cause d'accidents très inquiétante, malgré la répression" ajoute Severine Malric, directrice régionale de la prévention routière du Grand-Est.
"C'est devenu un phénomène banal et la répression ne peut pas, pour l'instant, faire quoi que ce soit." 

Nouvelle source d'inquiétude apparue ces dernières années: les vélos et trottinettes. Les utilisateurs de trottinettes sont aujourd'hui perçus comme des usagers dangereux, surtout dans les grandes villes. 

Selon, Severine Malric, directrice régionale de la prévention routière du Grand-Est, "La trottinette c’est très tendance, surtout dans les grandes villes. A l'origine c'est un jouet et aujourd'hui c’est devenu un mode de transport économique mais très mal encadré et donc dangereux".

  

Sur le même sujet

Les + Lus