Cet article date de plus de 3 ans

Nicolas Dupont-Aignan à Colmar: « Il est temps de vous réveiller ! »

Le tour de France de Nicolas Dupont-Aignan a fait étape ce lundi à Colmar dans le Haut-Rhin. Lancé dans sa campagne pour l’élection présidentielle, le candidat de Debout la France (DLF) a défendu son programme dans la "salle des familles" de la commune.

Le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan était à la "salle des familles" de Colmar ce lundi.
Le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan était à la "salle des familles" de Colmar ce lundi. © Auberie Perreaut

« J’avais promis de venir en Alsace. Après 5 annulations, promesse tenue : me voilà ! », lance Nicolas Dupont-Aignan à son arrivée ce lundi dans la « salle des familles » de Colmar devant un peu plus de 200 personnes. 


L’Alsace Moselle est un exemple


Le candidat a profité de cette « réunion publique » pour affirmer son attachement au territoire Alsace-Moselle.  Comme il l’a rappelé en meeting à Metz, le 27 mars dernier. « Pas question de toucher au Concordat. L’Alsace Moselle est un exemple. Il faut étendre au reste du pays son régime complémentaire.» S’il est élu, le maire de Yerres « supprimera les conseils régionaux et réhabilitera les départements. », une mesure similaire à celle énoncée par Marine Le Pen qui était de passage à Monswiller le 5 avril dernier.


Un programme de « gaulliste social »

Le député de l’Essonne a également exposé quelques-unes de ses mesures. A commencer par l’Europe.

 Je ne suis pas anti-Europe. Je veux des projets européens avec une adaptation de l’euro. 
 

Sur l’emploi, il veut « renforcer la production avec un fond de relocalisation de 10 milliards d’euros et par une déduction fiscale des investissements français »


Le candidat veut aussi revaloriser de 100€ par mois la retraite des Français. Une mesure loin de déplaire à Catherine, 66 ans, venue le soutenir. « C’est le seul qui pense à nous les retraités. Et au moins lui il est honnête ! Moi je suis sûre qu’il peut passer au second tour. »

Créer la surprise


Nicolas Dupont-Aignan en est tout aussi certain. Crédité de 5 % des intentions de votes dans les derniers sondages, il espère malgré tout « créer la surprise le 23 avril prochain. »

Il faut arrêter de croire et suivre les sondages. C’est votre avenir et celui de vos enfants qui est en jeu. Il est temps de vous réveiller. Vous êtes libres ! Libres de sortir de ce bilan accablant de la caste politique. 

Plus de 200 personnes sont venues soutenir Nicolas Dupont-Aignan à Colmar.
Plus de 200 personnes sont venues soutenir Nicolas Dupont-Aignan à Colmar. © Auberie Perreaut


Pour beaucoup dans la salle, "l’alternative idéale" à ce bilan désastreux de la caste politique, c’est Nicolas Dupont-Aignan. « C’est un homme intègre et honnête, contrairement aux autres. C’est le seul à répondre à nos besoins et avoir de vraies solutions », souligne Philippe, 42 ans.


Les jeunes étaient également présents pour soutenir le candidat de Debout la France. Stéphane, 19 ans va voter pour la première. « Je vais voter par conviction et non par stratégie comme beaucoup d’autres. »

Notre Story Snapchat


durée de la vidéo: 00 min 37
Story Snapchat Nicolas Dupont-Aignan ©France 3 Alsace

 

Nicolas Dupont-Aigan à l'écoute des gendarmes
Il leur a donné rendez-vous au restaurant  « Le Pfeffel » à Colmar. Pour la première fois, un candidat à l’élection présidentielle est allé répondre aux inquiétudes des gendarmes. « Des procédures pénales de plus en plus complexes, des directives européennes qui font perdre près de 5000 postes, une radicalisation très présente… », ont dénoncé deux gendarmes alsaciens, tous deux élus au conseil de la fonction militaire gendarmerie.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élection présidentielle politique élections