Le Wolfhound : un nouvel outil de recherche pour les gendarmes du Haut-Rhin

Le peloton de gendarmerie de montage du Haut-Rhin dispose d’un nouvel outil de recherche de personnes disparues: le Wolfhound. Cet outil permet de retrouver une personne, depuis un hélicoptère, en se basant sur les signaux émis par son téléphone portable.  

Depuis quelques semaines le Peloton de Gendarmerie de Montagne du Haut-Rhin dispose d'un outil de recherche de personnes disparues: le Wolfhound. Sorte de scanner, il permet de repérer le signal d'un téléphone portable allumé, relié au réseau. 


Alors pour se former grandeur nature à ce nouvel outil, ce matin c'était entraînement avec l'hélicoptère de la gendarmerie. Au sol, quelque part dans la forêt d'Oberhergheim, la fausse victime, téléphone allumé, attend les secours. A bord de l'hélicoptère, qui balaie l'espace sur des carrés de 1,6 kms de côté, le secouriste-opérateur utilise le Wolfhound, porte ouverte. Celui-ci réagit dès qu'il est orienté en direction du téléphone de la personne recherchée.




Depuis sa mise en service au PGM d'Hohrod ce système a déjà fait la preuve de son efficacité: il a permis de retrouver une personne disparue dans la forêt entre Eckwersheim et Olwisheim et de lui porter secours. Mais le Le wolfhound a ses limites: il faut que la victime ait un téléphone allumé, dans une zone peu peuplée.
Tous les PGM de France sont maintenant dotés du Wolfhound, soit 23 en tout. D'un coût non négligeable de 4600 euros, il devrait permettre par ailleurs de faire des économie en limitant les moyens de recherche au sol.

Voyez ce Reportage de Stéphane Gaudry et Bernard Stemmer, France 3 Alsace






L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité