Cet article date de plus de 4 ans

Vers plus d'Alsacien à l'école?

Plusieurs députés, dont le Bas-Rhinois Eric Elkouby (PS), ont défendu mercredi soir à l'Assemblée nationale une proposition de loi visant à promouvoir les langues régionales, notamment à l'école et dans les médias. Les discussions n'ont pas été à leur terme.
Une trentaine de députés, bretons, corses ou alsaciens pour la plupart, ont porté le débat sur les langues régionales à l'Assemblée nationale ce mercredi soir.
Une trentaine de députés, bretons, corses ou alsaciens pour la plupart, ont porté le débat sur les langues régionales à l'Assemblée nationale ce mercredi soir.
Ils sont une trentaine de députés, bretons, corses et alsaciens principalement, à se faire les défenseurs de leurs langues régionales. 
Pour le Bas-Rhin, Eric Elkouby (PS) porte cette proposition de loi, dont voici les principales dispositions :

Article 1er :
Reconnaissance de l'enseignement des langues régionales comme matière facultative dans le cadre de l'horaire normal d'enseignement.
Article 2 :
Reconnaissance de l'enseignement bilingue français-langues régionales dans le respect des objectifs de maîtrise de la langue française fixés par le code de l'éducation.
Article 3 :
Promotion des langues régionales dans l'enseignement supérieur.
Article 4 :
Généralisation, sur tout ou partie du territoire d'une région qui le souhaite, de la signalétique bilingue ou plurilingue dans les services publics et de l'usage de traductions dans les principaux supports de communication institutionnelle.
Article 5 :
Extension des avantages actuellement réservés aux publications de presse et sites en ligne en langue française aux publications en langues régionales.
Article 6 :
Elargissement des compétences du Conseil supérieur de l'audiovisuel à la promotion des langues et cultures régionales.


Le député strasbourgeois nous explique pourquoi il défend ce texte : 

durée de la vidéo: 00 min 29
Eric Elkouby défend les langues régionales à l'AN ©France 3

Le texte a été donnée en 1ère lecture à l'Assemblée mercredi soir, mais les débats ont été interrompus à 1h30, alors que 4 des 6 articles avaient été soumis au vote. Tous les amendements n'ont pas été examinés, et la suite des discussions n'a pas encore été programmée. Le texte pourrait ne pas être rééxaminé dans son ensemble avant l'élection présidentielle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture régionale culture