Le promoteur d'Eurovia 16 évoque son projet de plateforme de 190.000m² à Ensisheim

Validée le 4 décembre 2020, la construction de l'entrepôt géant d’Ensisheim, dans le Haut-Rhin, pourra démarrer quand les autorisations seront purgées de tout recours. Le promoteur d'Eurovia 16, Emmanuel Mercier, se dit confiant.

 

 

L'entrepôt s'élèvera sur les meilleures terres agricoles d'Ensisheim, selon Alsace Nature
L'entrepôt s'élèvera sur les meilleures terres agricoles d'Ensisheim, selon Alsace Nature © Joseph Hoffmann / Alsace Nature

La société Eurovia 16 project est une filiale du développeur en immobilier logistique Logistics Capital Partners, créé en 2015. Emmanuel Mercier, est en charge du projet d'entrepôt d'e-commerce de la société à Ensisheim dans le Haut-Rhin. "Nous sommes spécialisés dans l'immobilier industriel, à l'exception de l'industrie lourde" explique-t-il. "Pour nous, un projet logistique comme celui-ci, c'est notre coeur de métier."

Mais en Alsace, ce type de projet de plateforme de 190.000m²  inquiète les uns et en réjouit d'autres. Destruction de nature et d'espèces pour les premiers, comme Alsace Nature, emplois et rayonnement économique pour les seconds, comme le maire (LR) d'Ensisheim Michel Habig : "L'essentiel, ce sont les emplois qui vont être créés, grâce à cette plateforme. Je ne fais pas de délit de faciès" avance l'élu de la commune haut-rhinoise de 7500 habitants.

 

L'essentiel, ce sont les emplois qui vont être créés, grâce à cette plateforme.

Michel Habig, maire (LR) d'Ensisheim


"Six cents emplois doivent voir le jour grâce à cet entrepôt", ajoute l'élu. "C'est ce que je souhaite et c'est ce que souhaite la population. Alors que ce soit Amazon, Ali Baba ou CDiscount...Actuellement avec la pandémie et les confinements, tout le monde veut créer des plateformes de commerces en ligne." 

Emmanuel Mercier, en charge du projet pour Eurovia 16, insiste : "La biodiversité du site n'est pas mise en danger selon les études d'impact menées. Nous avons fait faire des inventaires par des écologues, qui n’ont rien constaté, comme des espèces menacées par exemple. A l'exception d'un oiseau qui a niché sur un poteau électrique à l'extérieur du site, et nous lui laisserons les 100 mètres alentours de libre, comme précisé dans l'arrêté préfectoral.

 

Un projet qui répond à une demande d'aujourd'hui

"Pour nous, le projet d'Ensisheim est un projet normal et pas géant. D'autres projets ailleurs sont beaucoup plus grands, en Italie par exemple. Celui d'Ensisheim est prévu sur un terrain de quinze hectares. L'entrepôt sera construit sur plusieurs niveaux, ce qui limite l’emprise au sol."

"Il y aura des panneaux photovoltaïques sur le toit, et nous respecterons l'équilibre entre développement économique et nature. En région parisienne, nous avons racheté une friche industrielle fortement polluée, nous la dépolluons. Nous essayons d'être responsables et citoyens."

 

"Notre façon de vivre a changé et nos besoins ont changé. Il y a 10 ans, on n’avait pas de smartphone..."

Emmanuel Mercier, promoteur de la société Eurovia 16

 

Le choix d'Ensisheim

Proche de Mulhouse, Ensisheim est intéressante d'un point de vue géographique. Le chargé de projet de l'entrepôt ne le nie pas. "C'est un bassin d’emplois intéressant, en qualité et en nombre. De plus, se positionner à proximité d'une agglomération de la taille de Mulhouse permet de limiter les trajets à couvrir par les salariés, par les palettes et colis en comparaison d'un site loin de tout."

"Nous sommes à proximité d'axes routiers non saturés. En plus, il y a déjà une plateforme de e-commerce de pneumatiques en face.
 Ces plateformes découlent d'une demande de la société, on essaie de réaliser des supports d’activités et d’emplois du mieux qu'on peut. On ne passera pas par le village, mais par l’autoroute."

 

Qui pour s'y installer, après les quatre mois réservés aux recours ?  

A ce jour, les autorisations de construire sont obtenues, mais ne sont pas encore purgées de tout recours. Alors, le chargé de projet de la future plateforme ne prend pas de risque : "Comme les recours peuvent être suspensifs, les travaux ne commencent pas. Nous sommes très confiants sur le fait que notre dossier est irréprochable dans son ensemble."

Quant à savoir qui est intéressé par le site, pas plus de confidence : "Nous ne communiquons jamais sur les entreprises intéressées, avant d'avoir en main des autorisations purgées de tout recours. En l'espèce, au plus tôt d'ici quatre mois, délai dont disposent les opposants pour déposer leurs recours. Pour les futurs utilisateurs, c’est une période sans certitude d’avoir l’outil au final. La gestion d'un recours peut durer plusieurs années, il est donc impossible de vous dire qui s'installera sur site." 

Le patron d'Eurovia 16 précise néanmoins : "Nous n’avons pas de discussions commerciales avec Amazon à ce sujet ". A priori, on devrait avoir davantage d'informations sur les sociétés en lice, pour louer ou acheter le site d'Ensisheim, à la fin mars, début avril 2021.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi