Régionales ACAL : des doutes sur le premier sondage de la campagne ?

Publié le Mis à jour le

La Commission des sondages a relevé "un défaut de méthode" dans trois sondages réalisés mi-octobre par l'institut BVA à l'occasion des régionales de décembre, qui ôte selon elle à leurs résultats "leur caractère significatif". La région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine est concernée.

La commission indique qu'elle a contrôlé l'ensemble des 12 sondages réalisés entre le 6 et le 15 octobre par l'institut pour le compte de la presse quotidienne régionale et a par ailleurs "été saisie de trois réclamations qu'elle a décidé de rejeter". 

"La méthode utilisée par l'institut BVA pour établir les scores publiés a soulevé des interrogations de la part de la commission, qui a invité BVA à lui délivrer des informations complémentaires", écrit-elle. Après avoir entendu ses représentants, elle "tient à souligner la bonne foi de l'institut et l'absence de toute manoeuvre de sa part dans l'établissement des résultats publiés".

"En second lieu, alors même que la méthode retenue pour l'ensemble des douze sondages apparaît, à certains titres, discutable, la commission a décidé, compte tenu des justifications apportées par l'institut, de n'ordonner (...) de mise au point qu'à l'encontre de trois d'entre eux", poursuit-elle.

"Les sondages relatifs aux régions Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais-Picardie apparaissent en effet entachés d'un défaut de méthode qui ôte à leurs résultats leur caractère significatif", conclut la commission.

Diffusées le 23 octobre, les enquêtes en question donnaient notamment la droite en tête en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine au premier
tour,
un léger avantage à la droite en Ile-de-France, et le Front national en tête en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
(AFP)