• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO. Pont-à-Mousson: les chenilles font fuir les enfants du lotissement

Pont-à-Mousson, lotissement "terrasses des Prémontrés" une quinzaine de chênes envahis par des nids comme celui là / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine
Pont-à-Mousson, lotissement "terrasses des Prémontrés" une quinzaine de chênes envahis par des nids comme celui là / © Jean-François Didier - France 3 Lorraine

L'invasion massive des chenilles processionnaires en Lorraine progresse en ce début juillet 2019. Sur les hauteurs de Pont-à-Mousson (54), les enfants -piqués à de nombreuses reprises- ont déserté un lotissement situé près d'une forêt de chênes.

Par Jean-François Didier

En arrivant mardi 2 juillet vers 15 heures rue Thomas Mordillac, un sentiment étrange.
À part quelques voitures garées, le quartier semble désert. Un par un, les habitants du lotissement "les terrasses des Prémontrés" sortent de chez eux pour se rapprocher du véhicule France 3 et entamer la discussion.

Un homme aux cheveux blancs s'approche de moi en souriant et en se grattant le bras: "On va sans doute gagner au loto... ".
C
omme je reste silencieux et dubitatif, il enchaîne "ben oui, gratte gratte, on passe notre temps à se gratter". 
Normalement, une vingtaine d'enfants jouent dans cette rue. Ils sont partis, ou en quarantaine. / © Jean-François Didier -France 3 Lorraine
Normalement, une vingtaine d'enfants jouent dans cette rue. Ils sont partis, ou en quarantaine. / © Jean-François Didier -France 3 Lorraine

La rue est morte

Un autre voisin se plante au milieu de la rue et me dit : "d'habitude à cette heure-ci, il y a une vingtaine d'enfants qui animent la rue, jeux de ballons, vélos, bref c'est beaucoup plus vivant."
Je reste un instant silencieux puis je lui demande si on peut voir un enfant. "Non, non, vous ne les verrez pas parce qu'ils ne sont plus dans le quartier, la plupart sont partis chez les grands parents ou dans la famille pour éviter les chenilles, les rares qui sont restés sont en quarantaine à l'intérieur des maisons."

Sérieux ? Le problème est donc aussi sérieux...
Devant ma moue dubitative, Fred, un autre voisin, m'emmène alors sur son terrain bien pentu derrière sa maison. Là, toute un rangée de grands et beaux chênes. Cette lisière de forêt domine les jardins, à une dizaine de mètres des habitations. Et l'on s'approche des arbres, et plus on est près plus les indications sont claires: "ne vous approchez pas trop!".

Des nids partout

Je dois faire des photos, alors les voisins me guident vers les arbres porteurs de nids.
Et là, le "spectacle" est réel: à toutes les hauteurs, sous les grandes branches, sous les feuilles, à nu sur les troncs je vois des nids partout. Et en m'approchant des nids, je vois des dizaines, des centaines, des milliers de chenilles. Elles ont l'air mortes. Mais non. Elles font la sieste mais sont bien vivantes. Elles ne sont pas méchantes.

Poils cruels

Ce sont leurs poils qui sont cruels. Quand ils s'envolent, tout légers et portés par l'air, ce sont ces poils qui vous piquent et vous irritent pour de bon.
La démangeaison est longue, brûlante, assez insoutenable pour les gamins. Ce sont ces poils, nocivement actifs plusieurs mois voire plusieurs années les pires coupables. Ce sont eux, les poils, quasi invisibles mais vraiment sournois et 100% sadiques,  qui ont vidé le quartier de ses enfants.

La vidéo

Invasion de chenilles processionnaires à Pont à Mousson
Le quartier sans enfants depuis quelques jours - France 3 Lorraine - Jean-François Didier


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus