Vosges : les agriculteurs sont inquiets à cause de la guerre en Ukraine et la flambée du prix du blé

Publié le
Écrit par Yves Quemener

Les pays du Maghreb sont très dépendants de la Russie et de l’Ukraine pour leur approvisionnement en blé. Ils redoutent des pénuries de céréales. La hausse des prix et les arrêts de livraison inquiètent aussi es agriculteurs des Vosges.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie fragilise les pays du Moyen-Orient. Ils sont  dépendants, pour leur approvisionnement en blé, des deux pays.

Le Maghreb est dans la peur d'une pénurie de céréales. Les prix des céréales explosent

Jérôme Mathieu, chambre d'agriculture des Vosges

Jérôme Mathieu est président de la chambre d’agriculture des Vosges. Il explique le risque d'une envolée des prix et les risques de pénurie. Avec une grande crainte pour les pays du Maghreb.

Avec la guerre, les agriculteurs dans les Vosges vont-ils augmenter leur production pour se positionner comme un recours face à la situation en Ukraine ?

On nous demande que 4% de nos terres qui sont en jachère puissent bénéficier d’une dérogation mais ça reste quand même important. Economiquement, je ne sais pas comment on va faire car de toute façon, il va falloir que l’on produise plus puisque l'Ukraine et les ex-pays de l’Est comme la Russie vont produire beaucoup moins. Je ne sais donc pas si on va pouvoir subvenir aux besoins du marché et des pays du Maghreb. Bien sûr, on espère que la guerre ne va pas durer. Quoi qu’il arrive, ça va quand même être difficile.

Ces tensions sont-elles inquiétantes sur le long terme ? 

J’ai impression qu’on n’a pas voulu voir arriver ce que nous vivons en ce moment. On avait déjà senti quelques difficultés à la fin de l’année dernière avec une augmentation du prix de l’énergie. Les tensions étaient déjà là. La Russie, est le premier pays exportateur mondial de blé avec 22% des exportations. L’approvisionnement en blé et son prix, pourrait être durablement affecté si la guerre se poursuit. On fait surtout de l’élevage pour les animaux. Ce qui nous inquiète, c’est l’augmentation du coût de l’énergie, ce que j’appelle-moi l’effet papillon. La guerre en Ukraine donne le sentiment que les pays du Maghreb ne nous concernent pas. Pourtant, avec la mondialisation, ils vont avoir des problèmes de ressources en céréales. En effet, les deux pays sont parmi les principaux fournisseurs mondiaux de ces produits essentiels.

Et la transition écologique ?

L’agriculture occupe une place centrale dans la transition écologique. Et aujourd'hui, les Vosges doivent affronter un défi. Et c’est avec beaucoup d’incertitudes et beaucoup d'appréhension que les agriculteurs le vivent. Le monde agricole est un acteur essentiel de la transition énergétique et on nous demande d'utiliser moins de produits chimiques et de pesticides, réduire notre impact environnemental, mais avec ce qui risque de se passer dans les prochaines semaines, on reste inquiet. 

Le marché mondial du blé et des céréales se trouve déstabilisé déjà depuis plusieurs semaines. Désormais le conflit en Ukraine aggrave aussi le risque d'une augmentation du prix de l'énergie et principalement du gaz. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité