Spectacle désolant ce lundi 19 août entre Saint-Dié et Sainte-Marguerite (Vosges) : des enfilades de jeunes plants de sapins grillés dans leurs pots. Des branches et des épines marron-rouge, plus un poil de vert. 
Sur les différentes plantations de Laurent Hatton et Fabien Mathiot ce sont les plus jeunes pousses - futurs sapins de Noël semés ou repiqués il y a trois ans ou moins -  qui ont été toastées sous le soleil des canicules de juin et juillet 2019. Le manque d'eau a aggravé leur précaire santé de bébés conifères. Cette génération perdue aurait dû être vendue à l'hiver 2026.

Sur cette parcelle, on est à plus de 90% de perte !
- Fabien Mathiot, producteur de sapins

 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

La quasi totalité des jeunes plants a été grillée. Aurélie Renard - FTV

Les épicéas aussi touchés

Du côté des arbres plus âgés, ceux qui devaient partir à la vente cet hiver 2019, ce sont les épicéas qui ont été les plus impactés. Les coups de chaud successifs ont eu l'effet "d'un bon gros coup de soleil, et on ne peut plus les vendre".
Heureusement pour le producteur vosgien, les nordmann - les plus costauds et les plus beaux, ceux qui plaisent le plus à Noêl - ont bien resisté. La récolte n'est pas complétement perdue et le sylviliculteur devra "seulement" essayer de rattraper le coup en replantant une partie de sa production. L'évolution du climat lui permettra t-elle de le faire ?
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.