• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Chisa : un homme se noie dans une cascade

Les pompiers ont été contactés aux alentours de 17h, cet après-midi. / © Google Maps
Les pompiers ont été contactés aux alentours de 17h, cet après-midi. / © Google Maps

Un touriste suisse s'est noyé, cet après-midi, au lieu-dit des Trois Bassins, à Chisa. Les secours ont mis plusieurs heures avant de parvenir pour tenter à dégager son corps, coincé par des courants sous une chute d'eau.

Par Axelle Bouschon

Un homme de 50 ans est mort par noyade, ce lundi 19 août au lieu-dit des Trois Bassins, sur la commune de Chisa (Haute-Corse).

D'origine suisse, il était en vacances dans la région avec sa famille, présente au moment du drame.

Il aurait tenté d'effectuer un saut de 15 mètres dans la rivière et se serait alors retrouvé coincé par des courants au niveau d'une chute d'eau.

Les pompiers ont été alertés peu après 17h. Un véhicule de radio médicalisé de Ghisonaccia et un de secours aéronautique ont été mobilisés, ainsi que l'hélicoptère de le sécurité civile Dragon 2B. 

Mais à leur arrivée sur les lieux, le quinquagénaire était déjà décédé. 


Intervention complexe


Une équipe du GRIMP (groupe de reconnaissance et d'intervention en milieux périlleux) et du GRIMA (groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu aquatique) étaient également sur place.

Objectif pour les secours : essayer de dégager le corps de l'homme, bloqué à 6 mètres de fond par une cascade.

Aidés par des plongeurs, ils y sont finalement parvenus peu après 19h.

Il aura fallu près de deux heures aux secours avant de réussir à récupérer sa dépouille. En cause, la complexité de l'opération, expliquent les pompiers.
 

Prise en charge de la famille


La gendarmerie, contactée, s'est rendue sur place, ainsi que des répresentants de la mairie du village.

L'épouse et les enfants de l'homme, sous le choc, ont été pris en charge par le véhicule de secours et d'assistance aux victimes de Ghisonaccia, avant d'être transportés au gite communal.
 

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus