Le “Drivulinu”, un drive de produits locaux en circuit court

Le drive propose des produits bios et en circuit court / © FTViaStella
Le drive propose des produits bios et en circuit court / © FTViaStella

 La coopérative de produits locaux, le "drivulinu", continue de se développer. Après Bastia, les distributions s'organisent désormais à Ajaccio et dans la Plaine orientale. Un réseau d'entraide qui séduit producteurs et consommateurs. 

Par A.B/FTViaStella

Dans son potager, Yannick Carteret cultive fruits et légumes selon les principes de la permaculture. « Je n’ai absolument pas utilisé ni de cuivre, ni de souffre… juste des purins…» précise-t-il en inspectant ses plantations.

Le maraîcher fait partie du drivulinu, une coopérative de producteurs locaux.

L’exploitation de Yannick Carteret est encore jeune : ce n’est qu’en mai de l’année dernière que le maraicher a débuté ses premières plantations à Linguizzetta. Deux mois plus tard, il a planté sur 200m2.

En octobre, le bilan du chiffre affaire du potager était de 2000 euros. Un résultat honorable pour cette micro-surface. Et cette réussite, à en croire Yannick Carteret, c’est notamment au réseau et à l’entraide offerte par le drivulinu qu’il la doit.



Travail mutualisé


Les membres de la coopérative travaillent de manière mutualisée. Chacun apporte « des petites quantités », ce qui, au final, leur permet de proposer « une large gamme de produits ». Après quoi, explique le maraicher, ils se partagent « les coûts de livraison, et la distribution ».

Aujourd’hui, c’est Yannick qui se charge d’effectuer les livraisons.

Une fois ses propres commandes de fruits et légumes préparées, il récupère donc celles des autres membres de la coopérative. Et depuis quelques temps, les candidatures d’entrée au drivulinu sont de plus en plus nombreuses.

« On n’a pas toujours du temps à disposition pour les livraisons et pour être disponible pour les clients. Là, on a des gens sur qui on peut compter pour la distribution au moment où on est embêtés » résumé Félix Costantini, éleveur porcin à Chiatra.

Tout nouvellement membre de la coopérative, il voit un vrai atout dans son service de distribution, qui fonctionne grâce à l’investissement de chacun :

« Ce matin c’est Yannick qui transporte les produits à Bastia parce que j’ai du travail. Mais la semaine prochaine, c’est moi qui le remplacerais quand lui ne pourra pas. »



Productions locales


Autre atout, les points de distribution. L'association est présente à Bastia, Bravone, Ajaccio et Borgu. Et chaque semaine, en venant récuperer leur commande, les consommateurs peuvent rencontrer les producteurs.

Un point fort pour Karine Weisselginger, créatrice de confiseries. « J'aime expliquer comment je travaille, comment je choisis mes produits, ma façon de travailler… » sourit-elle.

Le drivulinu permet l’achat de produit locaux, une initiative qui séduit ses clients. Certains se sont même engagés comme bénévoles dans l’association. C’est le cas de Sophie, qui s’occupe de la distribution à Borgu. Pour elle, connaitre l’origine des produits qu’elle consomme est primordial :

« La grande distribution n’est peut etre pas encore morte, mais les gens demandent de plus en plus à savoir ce qu’ils vont manger. »  

Prochain objectif pour le drivulinu : encourager l’entraide entre consommateurs, en incitant au covoiturage des cagettes.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus