Dyslexie, dyscalculie : des ateliers de sensibilisation pour se mettre “dans la peau d'un dys”

6 à 8% de la population française serait porteuse de troubles "dys" / © Martin Cauwel - France 3 Corse ViaStella
6 à 8% de la population française serait porteuse de troubles "dys" / © Martin Cauwel - France 3 Corse ViaStella

En France, 4 à 8% de la population serait porteuse de troubles "dys". Ces troubles cognitifs restent pourtant encore méconnus. Pour faire prendre conscience des difficultés qu'ils peuvent représenter au quotidien, une association proposait samedi 19 octobre des ateliers de mise en situation.

Par Axelle Bouschon

Lire un paragraphe, effectuer un calcul mental ou encore s'habiller rapidement au saut du lit... Des petits tâches qui peuvent représenter un vrai défi pour les porteurs de troubles "dys".

Pour faire comprendre aux parents et aux enseignants les embûches que peuvent rencontrer au quotidien les enfants concernés, l'association Corsica DYS-TDAH organisait ce 19 octobre dans les anciens locaux de Prumitei, à Francardo, des ateliers de mise en situation.
 

Le matin, on voit [les enfants] traîner, on est pressés, et du coup on les stresse


Lecture d'un texte dénué d'intervalles et de ponctuations ; règles de calcul modifiées ; séance d'essayage de vêtements singulièrement ralentie par le port imposé d'une paire de gants...Les exercices n'ont pas ménagé pas les participants.
 

Prise de conscience


Anne-Laure Challon, maman d'un enfant "dys", s'est risquée au dernier atelier. Après plusieurs minutes de travail, sa chemise est enfin boutonnée. Sa patience, elle, a été mise à rude épreuve. Et l'exercice lui a ouvert les yeux sur la difficulté qu'il peut présenter :

"Le matin, on voit [les enfants] traîner, on est pressés, et du coup on les stresse, reconnaît-elle. Et ça ne les met pas en condition pour aller à l'école apaisés."

Même constat aux autres ateliers : le rythme de lecture est au mieux saccadé, et l'arithmétique devient un calvaire.
 
L'association Corsica DYS-TDAH propose des ateliers de sensibilisation aux troubles "dys"
Intervenants - Marie-Antoinette Petrucci, Membre de l'association "Corsica DYS-TDAH" - Anne-Laure Challon - Florence Cachia, Membre de l'association "Corsica DYS-TDAH. Equipe - GRAZIANI Solange - CAUWEL Martin
 

Plus ou parlera des troubles, plus les gens les connaîtront et plus on pourra accompagner des enfants


Si l'association se félicite de cette prise de conscience, elle émet cependant un regret : pourtant directement concernés, seuls quelques enseignants ont fait le déplacement.

"Il y a encore des professeurs qui pèchent, mais souvent, c'est par ignorance" explique Florence Cachia, membre de l'association. Une méconnaissance que Corsica DYS-TDAH souhaite justement rectifier : "On est là aussi pour sensibiliser et expliquer. Plus ou parlera des troubles, plus les gens les connaitront et plus on pourra accompagner des enfants."

L’association organisera de nouveaux ateliers le 30 novembre en Balagne.
  

Qu'est-ce-que les troubles "dys" ?


Les troubles "dys" se divisent en six catégories : 
  • La dyslexie et la dysorthographie, les plus connus, qui sont les troubles de l'acquisition du langage écrit ;
  • La dysphasie, qui impacte le développement du langage oral ;
  • La dyspraxie, ou les troubles du développement moteur et/ou des fonctions visuo-spatiales ;
  • Les troubles d'attention (avec ou sans hyperactivité) ;
  • La dyscalculie, qui complique les activités numériques ;
  • et enfin les troubles du développement des processus mnésiques.
Ils apparaissent au cours du développement de l'enfant, mais peuvent n'être repérés que tard, à l'adolescence voire même à l'âge adulte. Ils sont innés, et persistent même au sortir de l'enfance.

Un dépistage et un diagnostic réalisé tôt est déterminant. Des mesures de soutien dans les apprentissages scolaires et précoces (langage, geste) peuvent ainsi être initiées au plus vite pour l'enfant. 

En France, on estime que 4 à 8% de la population est porteuse de troubles "dys". Des chiffres qui fluctuent cependant selon les études, et qui ne prennent pas en compte le degré de sévérité du trouble, variable selon les individus.
 
Troubles de l'apprentissage : un diagnostic parfois difficile à poser
Intervenants : Marie-Pierre Le Gallais, medecin coordonnateur de l'unité de bilan " Dys" de la MDPH de Corse - Virginie Bossut-Hubaut, psychologue spécialisée dans les troubles de l'apprentissage. Equipe : MACINEIRAS Lisa - URTIZVEREA Typhaine - KINANY Ramsey

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus