Cet article date de plus de 8 ans

La venue de Tariq Ramadan crée la controverse à Roubaix

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan doit participer le 25 janvier à Roubaix à une conférence débat sur le traitement de l'islam dans les médias. Une venue qui dérange l'opposition municipale.
L'intellectuel islamologue Tarik Ramadan, invité d'une conférence sur le traitement de l'islam dans les médias le 25 janvier à Roubaix.
L'intellectuel islamologue Tarik Ramadan, invité d'une conférence sur le traitement de l'islam dans les médias le 25 janvier à Roubaix. © MaxPPP
Tariq Ramadan, l'homme qui déplace les foules et crée la polémique. Le 25 janvier, l'intellectuel islamologue tiendra l'affiche d'une conférence-débat intitulée "Islam et médias", à la Salle Watremetz à Roubaix. Il n'était plus venu depuis 2006, mais son retour indigne l'opposition municipale, qui craint la diffusion d'un discours de victimisation sur l'Islam, et dénonce du même coup l'Association Rencontre et Dialogue, qui organise la soirée. 


L'opposition redoute un discours de victimisation sur l'islam

« Comme Rencontre et Dialogue, Tariq Ramadan cultive sans cesse l'idée que les musulmans sont mal accueillis en France, qu'ils ne doivent rien espérer de la société française. C'est un esprit communautariste que nous déplorons », fustige l'UMP Max-André Pick, qui s'est exprimé dans Nord Eclair.
« C'est totalement inadmissible que la mairie prête cette salle, elle apporte en quelque sorte son concours à la volonté prosélyte de cette association », déplore de son côté Christian Maes, conseiller municipal chevènementiste.


Un débat qui se veut pluriel 

Visé par la critique, Pierre Dubois, le maire de Roubaix, s'est justifié en avançant avoir prêté la salle au nom d'un débat où une pluralité d'opinions devait s'exprimer. L'évêque du Havre, Mgr Jean-Louis Brunin, bien connu des Roubaisiens pour avoir été prêtre-ouvrier dans la commune pendant des années, devait participer au débat. Mais il n'était finalement pas disponible, selon  Ali Rahni, président de Rencontre et Dialogue, qui ne comprend pas pourquoi les élus d'opposition polémiquent sur un débat auquel il sont cordialement invités.


Une méconnaissance de l'islam

L'universitaire Julien Sallingue  partage son incompréhension. Autre tête d'affiche de la soirée du 25 janvier, il a déclaré à nos confrères de Nord Eclair que :" Les critiques sur Tariq Ramadan sont infondées, il n'a pas de double discours. Moi, je ne suis pas musulman, mais je ne vois pas où est l'atteinte à la laïcité. On vient parler d'un thème d'actualité, on n'est pas là pour faire un prêche... »
Et de justifier la tenue du de ce débat sur le  traitement réservé à l'Islam dans les médias : " « Il y a une grande méconnaissance de l'islam en général et dans les médias en particulier, on a tendance à toujours traiter l'islam comme étant une religion étrangère à la France, et à la caricaturer pour sans cesse faire rentrer les musulmans dans des cases : soit de gentils musulmans modérés, soit de méchants intégristes cherchant à s'en prendre aux valeurs occidentales ». Julien Salingue, auteur de plusieurs articles sur cette question sur le site web de critique des médias Acrimed

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique