Mohamed Merah était-il en Belgique, trois semaines avant le massacre de Toulouse ?

Un témoin dans une enquête sur une cellule jihadiste bruxelloise raconte son entrevue, chez lui puis dans un restaurant belge, avec le tueur au scooter, trois semaines seulement avant les tueries de Toulouse et Montauban.

Mohamed Merah dans le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d'un tueur" de Jean-Charles Doria
Mohamed Merah dans le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d'un tueur" de Jean-Charles Doria © FRANCE TÉLÉVISIONS / JEAN-CHARLES DORIA
Lors d'une audition dans le cadre d'une enquête anti-terroriste sur une cellule jihadiste autour de Bruxelles, Abdelkader el-Farssaoui (alias Abou Jaber), un marocain vivant en Belgique aurait assuré avoir passé une journée avec Mohamed Merah, trois semaines avant les tueries. C'est ce que rapporte Le Parisien.

Selon la justice belge, qui viendrait de transmettre ces éléments aux juges français, des photos et des mails relatifs à Mohammed Merah étaient dans l'ordinateur d'Abou Jaber.

"Ma première femme sera une femme du paradis"


Selon celui qu'on décrit comme le "cheikh", Merah serait venu à lui par l'intermédiaire d'un ami commun, Abou Hamza, leader du groupe terroriste niçois Forsane Alizza, démantelé depuis.

Il ne lui aurait pas parlé de ses projets de massacres, mais il aurait évoqué ses voyages en Afghanistan et au Pakistan et sa vision de l'Islam. "Il m'a notamment dit que la première femme qu'il aurait serait une femme du paradis", cite le quotidien.

D'autres liens avec la Belgique


D'autres liens auraient été relevés entre Merah et la Belgique : 22 numéros belges ont été repérés sur ses factures téléphoniques ; il se serait déjà rendu en Belgique en 2006 ; et Moez Garsallaoui, soupçonné d'avoir été un instructeur de Merah au Pakistan, a longtemps vécu à Bruxelles dans les années 2000.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire merah belgique justice