Ils vendaient sur leboncoin des voitures au compteur trafiqué : 5 suspects mis en examen près de Lens

Ces voitures, au compteur trafiqué, étaient revendues sur leboncoin.fr à des prix très attractifs. / © Gendarmerie Nationale
Ces voitures, au compteur trafiqué, étaient revendues sur leboncoin.fr à des prix très attractifs. / © Gendarmerie Nationale

5 personnes ont été mises en examen jeudi pour escroquerie organisée, a-t-on appris auprès de la gendarmerie nationale. Interpellées mardi près de Lens, elles sont soupçonnées d'avoir revendu sur leboincoin.fr des voitures d'occasion peu coûteuses mais au compteur trafiqué.

Par Yann Fossurier

Mardi 1er avril, une soixantaine de gendarmes ont été mobilisés pour interpeller 8 personnes âgées de 20 à 30 ans et domiciliées sur le bassin lensois. Elles sont soupçonnées d'escroquerie en bande organisée. 

Selon les gendarmes, "le principe de l'escroquerie consistait en l'achat de véhicules de petites et moyennes gammes ( 206-306-C3-Xsara Picasso principalement mais pas essentiellement) à fort kilométrages ( la plupart plus de 200 000 km au compteur) qu'ils rabaissaient à moins de 100 000 km en moyenne". Les véhicules étaient pour la plupart importés de Belgique et des Pays-Bas. "A l'issue, ils revendaient via un site d'annonces en ligne (leboncoin.fr NDR) les véhicules à des prix très attractifs afin d'attirer un maximum de clients, souvent disposant d'un petit budget ou nécessitant rapidement l'acquisition d'un véhicule."

23 véhicules saisis

Il a fallu deux mois d'enquête aux gendarmes pour identifier les suspects. Lors des perquisitions effectuées mardi dernier, 23 véhicules (22 voitures et un scooter) ont été saisis, ainsi que plusieurs dizaines de milliers d'euros, des accessoires de véhicules et de nombreux documents administratifs "caractérisant l'escroquerie" selon la gendarmerie.

Jeudi, à l'issue des gardes à vue, 5 des 8 personnes interpellées ont été présentées à un juge d'instruction à Arras.  Elles ont été mises en examen et placées en détention provisoire. Une information judiciaire est ouverte au TGI d'Arras afin d'évaluer l'ampleur de l'escroquerie et d'identifier les victimes.

"Ce type de délinquance lucrative a tendance à se développer et à constituer une économie souterraine", affirment les gendarmes, qui mettent en garde les particuliers sur "les dangers de l'internet". "Ces annonces alléchantes où le règlement est suggéré en numéraire, parfois avec un paiement échelonné, et avec des arguments de vente bien rodés, mettant rapidement en confiance l'acheteur", expliquent-ils. "Au regard du kilométrage réel et de l'ancienneté du véhicule la sécurité du conducteur et de ses passagers n'est pas garantie."

Sur le même sujet

Les + Lus