Laon (02) : une maison d'édition associative publie un recueil sur la Grande Guerre

"Bleu Horizon, nouvelles de la Grande guerre", publié fin juin par une maison d'édition associative. / © DR
"Bleu Horizon, nouvelles de la Grande guerre", publié fin juin par une maison d'édition associative. / © DR

À l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, les éditions HPF publient « Bleu Horizon », un recueil de nouvelles sur le thème de la Grande Guerre. Particularité : la maison d'édition est une association.

Par PGC

La Grande Guerre revisitée et vue par ceux qui ne l'ont pas connue, c'est le thème de ce recueil de nouvelles publié le 28 juin dernier. Dix-sept auteurs livrent leur version de la guerre : poétique, historique, fantastique ou romantique. À l'origine de ce projet, Mariel Hennequin, Laonnois et historien de formation : « la particularité, c'est que nous sommes une association, toutes les personnes qui ont travaillé sur ce recueil sont bénévoles ».

A la base, l'association Héros de papier froissé, créée en 2008, regroupait des fans d'Harry Potter et de littérature fantastique. Et le petit magicien les a menés vers d'autres univers : l'édition. Un premier recueil est publié en novembre 2012, Rêves froissés. Cette année, les membres de l'association ont voulu participer, à leur manière, au centenaire de la Grande Guerre. « Nous avons lancé un appel à textes sur le thème, explique Mariel Hennequin, et reçu une soixantaine de propositions, sérieuses ou originales. Finalement dix-sept ont été retenues.» Une vision libre de la guerre, par des auteurs de tous les âges. L'historien axonais, qui signe la préface, s'est chargé de contrôler les références et faits de l'époque.

Un ouvrage disponible en ligne

Seuls les auteurs seront rémunérés en droits d'auteur, pour le reste, du comité de sélection, à la mise en page, en passant par la correction, tout se fait sur la base du bénévolat. Le livre est disponible et vendu en ligne, « nous sommes une micro-structure, le réseau des libraires est inaccessible pour nous, trop cher. Les éventuels bénéfices serviront à financer d'autres projets ».

 

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus