Stora Enso Corbehem : échec des négociations pour la reprise

Les négociations entre la direction de Stora Enso et Valpaco, dernier candidat à la reprise de la papeterie Stora Enso à Corbehem ont échoué, a-t-on appris dimanche.

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
"Nous prenons acte de la décision qui ne nous paraît ni inéluctable ni justifiée", a-t-on indiqué du côté du ministère du redressement productif, qui suit le dossier "de près". "On continue à pousser Stora Enso à préserver le caractère industriel du site. Et si possible autour de la même activité plutôt que de faire le choix d'un sinistre industriel dans la région", a-t-on poursuivi.

"C'est annulé. C'est Stora qui a arrêté les négociations pour divergences", a rapporté Jacques Olszowski, représentant FO à Corbehem, confirmant une information de La Voix du Nord. La direction a annoncé l'arrêt des négociations dans une communication sur l'intranet de l'usine en début de semaine, a précisé M. Olszowski. "On s'en doutait un peu. Le projet de reprise n'était pas très très clair", a-t-il expliqué. De plus, Valpaco souhaitait monter dans des grammages de papier élevés, un niveau que l'usine aurait eu du mal à atteindre, selon lui. 

Pour un autre syndicaliste, qui préfère garder l'anonymat, le Finlandais "ne veut pas de concurrents". "On est convaincu que Stora ne voulait pas vendre. Donc on n'est pas surpris", a-t-il déclaré, avançant que le papetier préférait concentrer la production dans l'usine de Kabel (Allemagne).

Le plan de sauvegarde de l'emploi, entériné en mai par les salariés et validé par la Direccte (directions régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), doit donc suivre son cours et les premières lettres de licenciement sont attendues au 1er septembre, a indiqué le représentant syndical FO.

"Une bonne vingtaine" de salariés ont d'ores et déjà trouvé un autre emploi, sur les 334 que compte l'usine, même si la moyenne d'âge élevée, 50 ans, laisse peu d'espoir, a encore expliqué M. Olszowski. "Là maintenant, les gens n'ont plus rien. J'ai quelques collègues qui ont quand même pris un gros coup sur la tête", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg avait annoncé le 23 mai un accord de négociations exclusives entre le finlandais Stora Enso et Valpaco, un consortium qui comprend la société française Entagos, spécialiste de la vente de papier en gros. Stora Enso avait annoncé en octobre 2012 son intention de vendre son usine de Corbehem, près de Douai, dans le cadre d'un vaste plan de restructuration, puis indiqué en janvier que, faute de repreneur, il fermerait le site à l'été.

L'usine de Corbehem est spécialisée dans la fabrication de papier couché ou papier glacé, utilisé pour la fabrication de catalogues et dans la publicité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social