• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ferme aux avions à Steenwerck : Arthur Vanabelle, son créateur, est décédé

Arthur Vanabelle, créateur de la ferme aux avions de Steenwerck, visible depuis l'A25, momument d'art brut très apprécié des Nordistes, est décédé à l'âge de 94 ans. 

Par EM

Il ne se considérait pas comme un artiste. Et pourtant, il laisse une oeuvre appréciée par de très nombreux Nordistes. Une oeuvre originale, particulière, qualifiée d'art brut. Un mélange d'avions vert et rouge faits d'objets de récup, de peintures bizarres, d'asemblage étrange... La ferme aux avions de Steenwerck est devenue un monument du Nord Pas-de-Calais. L'oeuvre d'une vie pour Arthur Vanabelle, son créateur, agriculteur et frère de César avec qui il vivait dans cette maison des Flandres au bord de l'A25.

Arthur Vanabelle, est décédé ce mardi soir à 94 ans dans la maison de retraite de Steenwerck où il vivait depuis un an avec son frère César.  "L'association ASMA adresse ses sincères condoléances a ses proches et particulièrement a son frère César, a indiqué dans un message l'association de sauvegarde de la ferme aux avions. Nous espérons que son oeuvre continuera à nous égayer ainsi que les générations à venir."
« Ces derniers temps, il n’avait pas toujours sa conscience. Sa mort a plus été une délivrance », a déclaré à la Voix du Nord le maire de Steenwerck, Joël Devos. La ferme aux avions, elle, est toujours en vente. De nombreux acteurs, du musée LAM de Villeneuve d'Ascq à la commune en passant par l'association de sauvegarde et même le ministère de la Culture souhaitent pouvoir lui donner une nouvelle vie. Et surtout lui redonner son éclat d'antan. C ar ce chef d'oeuvre, empreint de nostalgie pour de nombreux Nordistes est en péril, à l'abandon. 
 / © AFP
/ © AFP

 

Arthur Vanabelle

Arthur Vanabelle, est né en 1922. Fils d’agriculteur, il arrête l’école après le certificat d’études. Toute sa vie, il va vivre dans ce qui deviendra la "ferme aux avions" avec son frère et sa sœur.

La guerre 39-45 le marque fortement. Dans les années 60, il orne sa grange d’un avion en guise de girouette. Et il ne s'arrête plus : avec des tuyaux, des bidons, des pneus, il va alors créer presque frénétiquement un parc de jeu avec des avions, des soldats, des canons... Il s'en occupera jusqu'aux années 2000. Arthur Vanabelle raconte : « Au début je voulais faire une girouette, j’ai fait un avion, un puis deux, c’est comme çà que j’ai commencé. J’ai toujours aimé l’aviation. J’ ai jamais vu un avion de prés, le seul avait été abattu en aout 1940 pendant la bataille d’Angleterre, il était tombé dans un champ à Bailleul. Pour avoir une idée j’ai regardé dans les journaux, un hélicoptère c’est pas bien compliqué.
Au début je fais la forme en gros puis je complète plus tard en ajoutant ce que je trouve pour les détails. Tout ça c’est du récupéré à la ferme ou un peu partout, un morceau de machine à laver, des tuyaux de plastique, des seaux, des marmites, des portes de congélateur, pour les ailes du concorde, la roue avant c’est un filtre à air de voiture.
D’abord je fais le premier assemblage dans la grange puis tout est monté là-haut en piéces détachées. Pour le Concorde j’ai passé une journée sur le toit à l’assembler.`L’hiver je ne prends jamais de vacances, j’ai du temps je pense à tout ça. Cet hiver j’ai monté un canon, un avion, un radar.
Ça tourne tout le temps mais ça tient bien même les jours de grands vents, y a jamais eu de gros dégâts. Des fois il y a des morceaux qui s’envolent, une roue, un bout d’hélicoptère.
»

C'est la proximité  avec l'A25, très passante qui va donner sa popularité à cette ferme rouge et verte très particulière. 

Sur le même sujet

TRIBUNE NORD. Quelles solutions face à l’homophobie dans les stades ?

Les + Lus