• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

A Villeneuve-d'Ascq, le supermarché O'Tera affiche ses marges sur les étiquettes

Voici à quoi ressemble les pancartes de prix chez O'Tera du Sart. / © France 3
Voici à quoi ressemble les pancartes de prix chez O'Tera du Sart. / © France 3

Après la proximité, le distributeur de produits frais O'Tera du Sart (Villeneuve-d'Ascq) fait de la "transparence" sa seconde marque de fabrique, en affichant, sur les pancartes de chaque produit, la part du prix qui lui revient et celle qui va au producteur.

Par Mickael Guiho

O'Terra du Sfait le choix de la transparence. La jeune enseigne de distributions de produits frais basée à Villeneuve-d'Ascq, près de Lille, affiche des étiquettes bien originales au-dessus de ses produits. Le consommateur y découvre un gros diagramme avec la répartition du prix entre la TVA (taxe sur la valeur ajoutée), la somme remise au producteur, et la marge prise par le magasin.

Il apparaît ainsi que les éleveurs, maraîchers et autres traiteurs, récupèrent au minimum 50% de la somme réclamée au client, tandis que la part conservée par O'Tera du Sart se limite à l'essentiel selon l'enseigne : juste de quoi amortir le coût de fonctionnement du magasin.

En place depuis juillet 2014, ce dispositif satisfait la clientèle et renforce la chaîne de confiance jusqu'au producteur, comme l'ont constaté nos journalistes Fabien Garreau et Bruno Espalieu.

O'Tera du Sart : les marges du distributeur affichées sur les étiquettes

Les grandes enseignes de la distribution sont régulièrement critiquées pour faire leur beurre sur le dos des producteurs et fournisseurs. Des rapports ont fait état de marges atteignant 30 à 40% du prix, fixées le plus souvent autoritairement. "Les prix sont renégociés sans arrêt", témoigne un producteur, qui affirme même que certains confrères "livrent [aux supermarchés] sans savoir quel prix le distributeur va payer".

Un système qui n'a jamais pu être réformé par la loi. Peut-être pourra-t-il l'être par le terrain, en suivant l'exemple d'O'Tera, qui permet aux producteurs de survivre en margeant "correctement" et en valorisant leurs produits auprès d'une clientèle informée.

Mais le concept-même d'O'Tera a ses limites. Pour offrir une telle qualité, seuls 500 produits sont disponibles, contre 10.000 à 35.000 dans un supermarché ordinaire. Le client peut donc faire le choix de la transparence et de la proximité, mais pas pour toutes ses courses.

Sur le même sujet

Les plus belles images du Trail des Pyramides noires

Les + Lus