• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Un responsable des Red Tigers du RC Lens nommé président de la nouvelle Association nationale des supporters

Les Red Tigers en tribune à Bollaert-Delelis en mai dernier. / © MaxPPP
Les Red Tigers en tribune à Bollaert-Delelis en mai dernier. / © MaxPPP

Pierre Révillon, responsable des Red Tigers du RC Lens, a été nommé président de la nouvelle Association nationale des supporters, créée par plusieurs groupes de supporters de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, afin de "défendre leurs droits".

Par avec AFP

Plusieurs groupes de supporters de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 se sont réunis pour fonder l'Association nationale des supporters (ANS) afin de proposer "un interlocuteur crédible" aux instances et de "défendre les droits" des fans. L'ANS est une association loi 1901, dont les statuts "ont été déposés jeudi et qui réunit pour l'instant une vingtaine de groupes de supporters", a expliqué à Pierre Révillon, responsable des Red Tigers de Lens et président de la nouvelle structure. Outre les Red Tigers, l'ANS représente la Brigade Loire (Nantes), ainsi que, entre autres, des groupes de Lyon, Guingamp, Caen, Nîmes, Le Havre, Nancy, Auxerre et les Parisiens de l'ancien mouvement Liberté pour les Abonnés. Selon les statuts de l'ANS, l'un de ses principaux objectifs est de "participer à l'élaboration et à la mise en place d'une politique d'accueil, de billetterie et de sécurité harmonisée". "On veut faire comprendre qu'on est un interlocuteur crédible, à la fois pour les instances sportives et pour les ministères du Sport et de l'Intérieur ou les préfets", a déclaré Romain Gaudin, membre de la Brigade Loire et vice-président de l'ANS. "Cela permet d'avoir un interlocuteur représentatif, structuré et légitime. Cela montre aussi que nous avons des choses à dire et que nous pouvons proposer des choses pour que le contexte s'apaise", a-t-il ajouté.

L'objectif est donc celui d'une réouverture d'un dialogue avec les instances et de participer aux décisions liées à la vie des tribunes (matériel autorisé, prix des places, organisation des déplacements...). "On rassemblera de façon très large et on ne fermera la porte à personne. Il y a des associations de supporters qui sont concernées par nos problèmes sans être forcément dans la mouvance Ultra. C'est le cas pour les interdictions de déplacement", a expliqué Romain Gaudin. L'autre axe de travail de l'ANS sera d'ailleurs "la défense de nos droits et la centralisation des contestations juridiques éventuelles", a ajouté le n°2 de l'association. "On condamnera tous les actes de violence liés à des groupes qui sont partie prenante à l'ANS. C'est aussi intéressant pour nos interlocuteurs d'avoir face à eux des gens qui représentent des groupes moteurs dans les tribunes et qui peuvent canaliser les tensions", a-t-il aussi assuré. 

La création d'une association représentative était l'une des recommandations du rapport Glavany pour "un football durable". "Dans une perspective d'ouverture et d'efficacité, les pouvoirs publics et sportifs doivent (...) se fixer pour objectif de faire émerger au plan national une représentation organisée des supporters avec laquelle entretenir un dialogue constructif", était-il ainsi écrit dans ce rapport de janvier 2014. Jeudi soir, le gouvernement et les instances du foot avaient de leur côté annoncé un renforcement des mesures d'interdiction de stade ou de déplacement pour les supporteurs violents. "Les pouvoirs publics feront pleinement usage de leurs prérogatives pour éviter la réitération de violences dans ou aux abords des stades, notamment par un recours accru aux mesures d'interdiction de stade, et si besoin d'interdiction de déplacement des supporteurs", a indiqué un communiqué publié à la suite d'une réunion au ministère de l'Intérieur sur le renforcement de la sécurité dans les stades.

A lire aussi

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus