• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Calais : Marine Le Pen dénonce “l'incurie” du gouvernement face à l'immigration clandestine

Marine Le Pen à son arrivée à Calais ce 24 octobre 2014 / © France TV
Marine Le Pen à son arrivée à Calais ce 24 octobre 2014 / © France TV

La présidente du Front National (FN) Marine Le Pen a dénoncé vendredi à Calais la "scandaleuse incurie" du gouvernement face au "fléau" qu'est, selon elle, "l'immigration clandestine" pour la ville.

Par AFP

"Il y a une scandaleuse incurie du pouvoir qui ne fait rien pour venir au secours de la population calaisienne", a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse dans un hôtel du bord de mer de la ville portuaire.
 
Sa visite intervient au terme d'une semaine agitée à Calais où un brusque regain de tension est apparu alors que le nombre de clandestins a beaucoup augmenté ces derniers mois. Des rixes entre groupes de migrants exaspérés par leurs difficultés à trouver un moyen de passer en Angleterre, forçant une police, qui a dû être renforcée d'urgence, à intervenir, ont créé un climat d'inquiétude chez une partie croissante de la population.

Marine Le Pen à Calais

"Il n'y a plus de lois qui vaillent à Calais, il n'y a plus que la jungle, la loi du plus fort, la violence, l'inverse de la République", a déclaré Mme Le Pen. "Le gouvernement ne dit mot de ce qui se passe à Calais et ferme les yeux", a-t-elle ajouté. "Les habitants, eux, sont à bout", a-t-elle dit, soulignant qu'elle s'était rendue chaque année à Calais depuis 2010.

"Marine présidente" contre "Marine dégage !"


Selon la préfecture, de 2.000 à 2.300 migrants se trouvent désormais dans la cité portuaire, dans l'espoir de gagner l'Angleterre, alors qu'il étaient 1.500 à la
fin de l'été.

Vers 11 heures, Mme Le Pen était arrivée devant l'hôtel de ville de Calais pour entamer une visite d'environ une heure sur une artère commerçante. Dans une ambiance parfois tendue, une vingtaine de personnes appartenant à des associations pro-migrants ont lancé à la dirigeante du FN des invectives comme "Marine dégage !" ou "solidarité avec les réfugiés".

La centaine de sympathisants du FN présents ont répliqué par des Marseillaises ou des "Marine présidente". Marine Le Pen a également fustigé ce qu'elle estime être la "mollesse" du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et "le silence assourdissant" du Premier ministre Manuel Valls comme du président François Hollande sur la situation à Calais.

Elle a par ailleurs qualifié de "miettes" l'aide de 15 millions d'euros sur trois ans promise par l'Angleterre pour sécuriser la zone portuaire en butte aux tentatives quasi quotidiennes de centaines de migrants tentant d'embarquer en force à bord des poids-lourds en partance.

Sur le même sujet

Feu de chaume à Bettencourt-Saint-Ouen (80)

Les + Lus