Un conducteur en état d'ivresse à l'endroit où il a déjà causé un accident mortel

Un conducteur trentenaire a été contrôlé en état d'ivresse sur la E40 près de Bruges (Belgique), à quelques kilomètres seulement de l'endroit où il a provoqué un accident mortel en 2004. La mère de la jeune victime crie sa colère. 

Vanessa Talloen est décédée en 2004 sur l'E40.
Vanessa Talloen est décédée en 2004 sur l'E40. © Montage France 3
L'histoire se passe chez nos voisins belges. Mais elle a forcément un écho chez nous. Ce mardi, Robin, un trentenaire originaire de De Haan (le Coq, sur la Côte belge), a comparu devant le tribunal de Bruges. En février, il avait été arrêté au volant d'une voiture, un portable à la main et en état d'ivresse sur l'E40 près de Bruges. Banal procès de l'inconscience routière ? Pas vraiment car en 2004, ce même conducteur, alors âgé de 20 ans, avait été à l'origine, presque au même endroit, d'un accident mortel. Sa passagère, Vanessa Talloen, était la victime d'une sortie de route de son véhicule.

Robin était en état d'ivresse au moment des faits. Vanessa ne le connaissait pas personnellement mais venait de la même ville et avait fait connaissance avec lui dans un festival. Il avait proposé de la ramener chez elle.

A l'époque, Robin n'avait été condamné qu'à six mois de retrait de permis de conduire et à une amende de 1.100 euros, en raison de son jeune âge et de l'absence d'antécédents. Cette fois, la peine est plus lourde (une amende de 3.500 euros et une déchéance du droit de conduire pour cinq ans) mais pas assez pour la mère de la victime qui a dit sa grande colère dans le quotidien flamand Het Laaste Nieuws. 

"N'a-t-il donc rien retenu de la mort de ma fille ?"

"N'a-t-il donc rien retenu de la mort de ma fille ? Il a trente ans aujourd'hui, vous attendez tout de même que quelqu'un de cet âge soit plus raisonnable. Je me prépare déjà psychologiquement à ce qu'il fasse de nouvelles victimes", affirme, émue, Sonia De Vos, la mère de Vanessa TalloenJuste après la mort de ma fille, il y a dix ans, il est venu ici, chez nous. Il nous a alors menti effrontément, nous jurant notamment qu'il n'avait pas bu avant l'accident. Quand j'entends maintenant qu'il roule encore en état d'ivresse, cela me remplit de colèreEn ce qui me concerne, ils auraient pu le priver de permis à vie. Cinq ans, qu'est-ce que c'est ? C'est vite passé. Et qu'est-ce qui dit qu'il va respecter cette interdiction d'ailleurs? Vanessa me manque encore chaque jour. J'ose encore à peine prendre le volant". 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière belgique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter