Cet article date de plus de 6 ans

Calais : des barrières pour empêcher les migrants d’accéder au port

La situation est devenue explosive à Calais ces derniers mois avec l’arrivée de flux de migrants originaires du Moyen-Orient et d’Afrique de l’est. Les effectifs policiers ont été gonflés et des barrières sont en train d’être posées pour repousser les migrants.
##fr3r_https_disabled##Depuis le début du mois de juillet et le démantèlement des principaux camps de migrants de la ville, la situation est devenue incontrôlable. Le nombre de migrants a atteint les 2 200 dans l’agglomération de Calais et les affrontements avec les forces de l’ordre se multiplient.

Fin octobre, le préfet du Nord-Pas de Calais, Denis Robin, a confirmé cette forte augmentation, rapporte Le Monde : "Le nombre de migrants à Calais continue d'augmenter assez fortement ces dernières semaines : on dénombre aujourd'hui entre 2 200 et 2 300 migrants sur le Calaisis, loin des 1 500 de la fin de l'été."
Cette situation exceptionnelle a nécessité le renforcement des effectifs policiers. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, l’a annoncé le 22 octobre et a donné à La Voix du Nord le détail de ces effectifs :"100 policiers et gendarmes supplémentaires, dont 70 vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour sécuriser le port, et 30 autres pour sécuriser le centre-ville".
durée de la vidéo: 00 min 56
Installation de barrières à Calais

Centre d’hébergement et barrières de protection

Impliquée dans la  problématique des migrants à Calais, la Grande Bretagne a offert à la France 20 kilomètres de barrières métalliques afin que les autorités françaises assurent la lutte contre les clandestins qui cherchent à rejoindre l’Angleterre par la Manche.

"Nous allons offrir à nos partenaires français les barrières qui ont été utilisées cette semaine [les 4 et 5 septembre ndlr] pour assurer la sécurité du sommet de l'Otan à Newport. Cela pourrait remplacer et permettre d'agrandir les barrières peu efficaces à Calais que les immigrants clandestins franchissent trop facilement", avait déclaré James Brokenshire, ministre britannique de l’Immigration.
Bernard Cazeneuve a également promis l’ouverture, d’ici janvier, d’un centre d’hébergement de jour dans l’ancien centre aéré Jules Ferry désormais inutilisé. Le centre pourrait accueillir jusqu’à 400 personnes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais immigration police