Belgique: le réacteur nucléaire à l'arrêt en raison d'un incendie a été relancé

La centrale nucléaire de Tihange en Belgique. / © MaxPPP
La centrale nucléaire de Tihange en Belgique. / © MaxPPP

Le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Tihange, dans le sud de la Belgique, est en "phase de redémarrage", au lendemain de sa mise à l'arrêt en raison de l'incendie d'un transformateur d'intensité, a indiqué lundi son exploitant, le groupe Electrabel.

Par AFP

"Les réparations nécessaires pour redémarrer l'unité de Tihange 3 à la suite de l'incendie du transformateur d'intensité sont à présent terminées", a expliqué dans un communiqué le groupe, filiale de GDF Suez. "L'unité 3 de Tihange est depuis ce (lundi) midi en phase de redémarrage et Tihange 3 devrait être à nouveau sur le réseau ce mardi à 05H00 du matin. La montée en puissance progressive sera assurée afin de produire 100% des 1.000 MW de capacité de l'unité dans le courant de la journée de mercredi", précise Electrabel.

L'incendie survenu dimanche matin sur ce transformateur, situé "en dehors de la zone nucléaire" et qui n'avait fait aucun blessé, avait entraîné l'arrêt automatique du réacteur. Les premiers éléments faisaient état d'une "cause technique" et non d'un sabotage comme dans le cas du réacteur de Doel 4, près d'Anvers dans le nord du pays, mis à l'arrêt depuis le mois d'août et qui doit redémarrer avant la fin de l'année. Deux autres réacteurs d'Electrabel sont à l'arrêt depuis le 25 mars à la suite de la découverte de microfissures dans leurs cuves: le réacteur numéro 3 de la centrale de Doel et le numéro 2 de la centrale de Tihange.Ces installations avaient déjà été stoppées pendant un an, de juin 2012 à juin 2013.

L'arrêt de Tihange 3 dimanche constituait un nouveau coup dur pour la production électrique en Belgique, où l'atome fournit 55% de l'électricité consommée. Les trois premières fermetures avaient entraîné la perte de 3.000 mégawatts (MW) sur une capacité totale de 5.700 mégawatts de ses deux centrales. La Belgique craint ne pas pouvoir répondre à la demande cet hiver, en particulier en cas de vague de froid. Les autorités ont mis en place un plan de délestage, prévoyant des coupures ciblées, afin d'éviter une panne généralisée ("black-out").

A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus