Cet article date de plus de 6 ans

Elle publie des photos de sa mère décédée, Facebook lui demande de les retirer

Emouvant ? Choquant ? Le choix d'une Belge de publier sur Facebook des photos de sa mère sur son lit de mort fait débat. Facebook lui a demandé de retirer les photos.
Veerle Peel a publié une photo sur son profil Facebook où on la voit embrasser le front de sa mère décédée.
Veerle Peel a publié une photo sur son profil Facebook où on la voit embrasser le front de sa mère décédée. © Het Laaste Nieuws
Veerle Peel a 28 ans. Elle est infirmière et habite à Lichtervelde entre Courtrai et Bruges. Peu après le décès de sa maman d'une rupture d'anévrisme, elle a publié sur son profil Facebook des photos qui ont été jugées choquantes par certains de ses "amis". Sur ces photos, on voyait sa mère sur son lit de mort.

"On m'a demandé de les retirer parce que quelqu'un les a signalées comme étant 'choquantes'. Mais moi, je les considère justement comme un hommage", raconte-t-elle dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws. Elle dit les avoir publiés pour les amis proches de sa mère qui habitent en Nouvelle-Zélande et parce qu'il y voit un hommage : "Le monde peut savoir que je viens de perdre ce qui m'était le plus cher (silence). Je suis vraiment seule désormais, sans sœur, sans frère, sans famille. Seule ma grand-mère est encore là".

Qu'y a-t-il d'anormal, répugnant ou déplaisant à cela ?


Veerle Peel a décidé de témoigner pour dire son incompréhension face à la réaction de Facebook. Elle affirme qu'elle ne retirera pas les images : "Elle est encore très belle, comme elle l'était avant. C'est ce que je voulais montrer. (...) Si Facebook veut vraiment imposer sa loi, qu'il le fasse. Moi je ne retire pas les photos, jamais. Qu'y a-t-il d'anormal, répugnant ou déplaisant à cela? Autrefois, les gens décédaient à la maison et la dépouille restait accessible dans son cercueil pendant plusieurs jours. Réapprenons à vivre avec la mort. Nous mourrons tous un jour." Elle a également posé pour le journal à côté de l'urne dans laquelle se trouvent les cendres de sa mère.
Veerle Peel sera peut-être quand même contrainte de retirer les photos. Car la loi belge est claire. "Juridiquement, c'est interdit, explique Efri De Neve, avocat spécialisé. Le droit à l'image vaut aussi après la mort. Etant donné que la défunte ne peut plus donner son accord pour la publication, ce n'est pas autorisé".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réseaux sociaux belgique