• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Mouvaux : Madeleine Overberghe, la République reconnaît son rôle dans la Résistance, 70 ans après

© M.-C. Delouvrié - France 3
© M.-C. Delouvrié - France 3

Madeleine Overberghe, née Delepine, a reçu sa décoration émue aux larmes et l’a dédiée à tous ceux qui ont disparu parce qu’ils avaient pris les mêmes risques qu’elle dans la résistance belge et roubaisienne.

Par @F3nord

En 1940, Madeleine Overberghe avait 22 ans. Et une enfance difficile derrière elle, orpheline de mère alors qu’elle n’avait que 2 ans. Sa mère est décédée d’une maladie liée à la Première Guerre puisqu’elle avait été mobilisée pour fabriquer les uniformes des soldats français. Cela jouera beaucoup dans l’engagement futur de Madeleine. Son père ne l’a jamais reconnu, c’est un oncle qui prendra soin d’elle et entrera d’ailleurs également dans la Résistance.

Dès les semaines qui suivirent l’appel du 18 juin, elle a rejoint un groupe informel structuré un peu plus tard autour du maire de Roubaix Jean-Baptiste Lebas. Ce groupe s’appelait Action 40. L’action de Madeleine était d’être agent de liaison, elle dissimulait dans le cadre de son vélo ou dans un pain dont elle avait ôté la mie des documents essentiels notamment à l’évacuation vers la France Libre de soldats alliés.

Madeleine Overberghe reçoit la Légion d'Honneur

Elle parcourait souvent plusieurs dizaines de km par jour, parfois jusqu’à Paris en prenant soin d’avoir plusieurs cartes d’identité, toutes au nom de Thérèse Roulé mais avec des adresses différentes (en zone occupée, on ne pouvait se déplacer au-delà de 30km, d’où la nécessité d’avoir plusieurs adresses).

 / © MC Delouvrié - France 3
/ © MC Delouvrié - France 3


En mai 41, le réseau est dénoncé, le maire de Roubaix sera déporté. Madeleine aurait pu s’en tenir là mais elle rencontre Jospeh Dubar, grande figure de la résistance belge et roubaisienne et rejoint son réseau. Madeleine sera envoyée en Normandie pour le débarquement.

Décorée cinq fois, six avec la Légion, elle a perdu la médaille qui comptait le plus pour elle, celle que lui a remis directement le général de Gaulle.

 / © M.C. Delouvrié - France 3
/ © M.C. Delouvrié - France 3


Pourquoi si tard ?

Après les commémorations du 70e anniversaire des débarquements et de la libération, le gouvernement a eu l’idée d’une promotion spéciale pour la légion d’honneur destinée aux sans-grades, aux humbles et résistants de l’ombre. Le Ministère de la Défense a choisi de faire figurer Madeleine parmi cette promotion de 500 Chevaliers parue au J.O. le 7 novembre dernier. Aujourd’hui les femmes ne représentent pas plus de 20% des membres de la Légion d’honneur mais depuis 2008, les nouvelles promotions fonctionnent avec la parité. En France on compte 98.000 personnes décorées. Madeleine ne l’avait pas demandée, c’est le Ministère de la Défense qui l’a sollicitée.

Quelle reconnaissance ?

Après la guerre, Madeleine a travaillé jusqu’en 1948 et à ses frais pour aider les familles des résistants déportés. Elle a également caché pendant 11 mois un juif autrichien avec l’aide de son oncle. Pour toute son action, elle ne touche malheureusement que la pension d’anciens combattants, quelques centaines d’euros par an. Ses années de résistance n’ont pas été comptabilisées pour sa retraite. Mais elle n’a jamais rien réclamé et déclare que si elle était vaillante, « je recommencerai encore aujourd’hui ». 

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus