Cet article date de plus de 6 ans

Le meurtre de Chloé à Calais fait réagir la classe politique

Le meurtre de Chloé, 9 ans, mercredi à Calais, et le profil du suspect, un ressortissant polonais qui avait été expulsé de France à sa sortie de prison, ont fait réagir de nombreuses personnalités politiques.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marine Le Pen, présidente du FN : "La suppression de la double peine imposée par @NicolasSarkozy nous interdit d'expulser les criminels étrangers. Colère et indignation !" (Twitter)
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France : "Le drame qui s'est déroulé à Calais, où une fillette enlevée a été retrouvée morte, doit obliger l'Etat à en tirer toutes les conséquences (...) D'après les premières informations, le suspect interpellé, un homme polonais connu des services de police pour des délits commis plusieurs fois par en France, avait été condamné en 2010 à six ans de prison avec interdiction définitive du territoire. Comment un homme si dangereux, interdit de territoire, s'est-il retrouvé dans la nature pour commettre cet acte horrible ? Ce terrible constat montre qu'il devient urgent de durcir notre législation face à des criminels qui sont devenus de véritables prédateurs qui menacent la sécurité de nos concitoyens (...) Notre pays doit restaurer la double peine pour les étrangers condamnés à de la prison pour les délits graves et surtout le rétablissement des contrôles aux frontières qui permettrait à la France de se protéger d'individus dangereux." (communiqué)
Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice: "Beaucoup d'émotion face au rapt et meurtre barbare de cette petite fille. Récidiviste, interdit de territoire FR (Français, NDLR), des questions se posent. Il est temps que le gouvernement comprenne que nous ne pouvons plus laisser de place au laxisme. La tolérance 0 doit être appliquée." (Twitter)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
criminalité politique faits divers chloé tuée à calais