Un mois de bus gratuit pour convaincre les non-usagers à prendre les transports en communs

Publié le Mis à jour le

L'opération "Testez le bus !" va permettre à 150 non-usagers volontaires, de prendre le bus gratuitement pendant 1 mois dans les communes d’Amiens, Abbeville, Compiègne, Creil et Noyon. L'objectif est de diminuer l'usage de la voiture individuelle au profit des transports collectifs.

Vous utilisez votre voiture pour vous rendre au travail. Et si vous preniez les transports en commun ? Pendant un mois, 150 non-usagers se sont portés volontaires pour changer leurs habitudes. Ils habitent dans la Somme et dans l'Oise à Amiens, Abbeville, Compiègne, Creil et Noyon. Ils se sont engagés à laisser la voiture au garage pour tester les transports en communs dans leur agglomération.

Une opération pour mieux connaître les attentes des non-usagers


Leurs trajets en bus ne leur coûtera rien. En échange, les volontaires acceptent d'être accompagnés tout au long du test. Ils répondront à une évaluation avant et après leur expérience. Leurs réponses permettront de mieux comprendre les freins à l’utilisation des transports collectifs et de mieux identifier les attentes des utilisateurs potentiels. Deux enseignants chercheurs et un ingénieur de recherche sont mobilisés sur ce projet. 

L'opération, organisée par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et le Conseil régional de Picardie, a été co-construite avec le laboratoire de psychologie sociale (CRP-CPO) de l’Université de Picardie Jules Verne. Les premiers résultats de l'enquête seront dévoilés à l’occasion de la Semaine de la Mobilité du 16 au 22 septembre prochains.

Les Picards préfèrent la voiture pour se rendre au travail


Selon l'INSEE en 2009, 80% des Picards ayant un emploi et ne travaillant pas à leur domicile, utilisent une voiture pour se rendre sur leur lieu de travail, 8% empruntent les transports en commun, autant y vont à pied et seuls 3% se servent d'un deux roues. Pourtant, près de 30% des actifs picards travaillent dans leur commune de résidence. Et même dans ce cas, la voiture reste le moyen de transport privilégié pour effectuer le déplacement domicile-travail (60%).