Cet article date de plus de 6 ans

Prison de Longuenesse : les surveillants dénoncent un sous-effectif

Encore des problèmes de surpopulation carcérale. Mobilisation ce mardi matin des surveillants du centre pénitentiaire de Longuenesse qui dénoncent leur sous-effectif dans un établissement qui compte 650 détenus. Ce n'est pas le premier mouvement, et la colère s'amplifie...  
Jamais le centre pénitentiaire de Longuenesse n'a connu une telle mobilisation : côte à côte 5 organisations syndicales dénoncent un sous effectif qui bouleverse leur quotidien. Selon l'Organisation International des Prisons, "l'établissement connaît des problèmes de surpopulation chronique au quartier maison d'arrêt avec des taux très importants de densité carcéral : + de 180% ces trois derniers mois alors que la moyenne est de 135%. C'est le quartier maison d'arrêt le plus surpeuplé de la DISP de Lille, après la maison d'arrêt de Béthune" .

Au 1er avril 2015, il y avait 349 détenus pour 193 places. Hier encore, 5 surveillants sur 32 manquaient à l'appel, sans être remplacés. Avec des conséquences concrètes. Nos journalistes Marie-Candice Delouvrié et Bruno Espalieu ont rencontré des surveillants qui ont raconté leur quotidien. 
##fr3r_https_disabled##
longuenesse prison

Autre conséquence : les promenades de détenus ne peuvent plus être correctement surveillées. Malgré le renforcement des protections barbelées, l'intrusion de drogues ou d'armes comme un couteau en céramique il y a quinze jours est plus fréquente notamment lors des parloirs que Christophe Dennetière doit encadrer avec de plus en plus de difficultés malgré son ancienneté.

La direction n'a pas été officiellement autorisée à nous parler mais dit comprendre la colère de ses agents et reconnaît qu'il manque 13 surveillants dans un contexte particulièrement tendu. Certaines cellules de 9m2 accueillent actuellement 3 détenus au lieu de 2 à Longuenesse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison