Un ado envoie 722 SMS pour sauver Pia, atteinte d'une maladie rare : sa mère reçoit une facture salée

Pia et sa maman. Un élan de solidarité par SMS a eu lieu en Belgique pour cette famille la semaine dernière. / © MONTAGE FRANCE 3
Pia et sa maman. Un élan de solidarité par SMS a eu lieu en Belgique pour cette famille la semaine dernière. / © MONTAGE FRANCE 3

1400 euros, c'est très bien pour Pia mais ça fait cher pour la maman du donateur...

Par @F3nord

L'intention est bonne mais la facture est salée. Croyant sans doute bien faire, un jeune Belge de 14 ans a envoyé la semaine dernière 722 SMS au numéro spécial mis en place pour aider Pia, un bébé de 9 mois atteint d’amyotrophie spinale.

Chaque message envoyé rapportait 2 € à la famille de cet enfant qui a entraîné une mobilisation sans précédent en Belgique. Mais les SMS étaient évidemment à la charge des donateurs. Facture totale pour la famille du jeune Belge, originaire de Liège, bien intentionné : 1400 €. 
 

"Cela partait d’une bonne intention. Il pensait que plus il en envoyait, plus il aidait Pia... mais sans savoir qu’à chaque fois il déboursait deux euros. Moi-même, j’ai envoyé un SMS à deux euros et j’ai reçu directement un message de mon opérateur m’informant que le SMS était payant. J’ai accepté de l’envoyer en sachant que je payerais deux euros, mais je n’en ai envoyé qu’un seul", a expliqué Corinne, la maman du garçon, à Sudpresse.

Le médicament qui pourrait permettre à Pia d’être sauvée coûte très cher. Les parents ont donc demandé aux personnes qui le souhaitaient d’envoyer un SMS pour les aider à obtenir un peu d’argent.

La maman du jeune homme dit vouloir aider la famille de Pia, "mais pas au-delà de mes propres moyens financiers", conclut-elle. Elle a donc demandé un remboursement à Orange qui lui a répondu ne rien pouvoir faire. Corinne a donc décidé de témoigner pour appeler les parents à la vigilance. 
 
ASKIP : l'incroyable élan de solidarité pour Pia

Plus d'1,9 million d'euros ont été récoltés pour aider la famille de Pia, qui vit près d'Anvers. Objectif : lui administrer un médicament expérimental qui peut la sauver. “Pia sera examinée la semaine prochaine pour savoir si elle n’est pas immunisée face au médicament qu’elle doit recevoir. Espérons que les résultats soient favorables et que Pia puisse recevoir l’injection encore cette année. Ça se passera en Belgique, mais nous ne savons pas encore dans quel hôpital”, a expliqué à 7 sur 7 Ellen De Meyer, la maman de l’enfant. 

 

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus