• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Galéjade & Calembour : la web série tournée au château de Guise

Le dernier épisode de la saison 1 de la web série "Galéjade & Calembour" tourné au château de Guise le samedi 4 août 2018 / © Benoît Henrion
Le dernier épisode de la saison 1 de la web série "Galéjade & Calembour" tourné au château de Guise le samedi 4 août 2018 / © Benoît Henrion

Créée par deux amis, il y a trois ans, la web série "Galéjade & Calembour", dont l'histoire se situe au Moyen-Age, a été tournée au château de Guise dans l'Aisne. Ce week-end, l'équipe de tournage finalisait le dernier épisode de la saison 1. 

Par E.E / France 3 HDF

C'est l'histoire de deux amis : Lucas alias Galéjade et Alex alias Calembour.

Un jour, sur le ton de la plaisanterie, ils décident de se lancer dans la réalisation d'une web série.

Trois ans plus tard, ils finalisent tous les deux le dixième et dernier épisode de la saison 1 au château de Guise. 

"On n'avait jamais imaginé pouvoir tourner dans un château, mais on a fait la demande parce que c'est un château que l'on a visité tous les deux lorsque nous étions plus jeunes, et elle a été acceptée", explique l'un des créateurs de la série Lucas Nivesse. 
 


Inspirée de Kaamelott 


"Galéjade & Calembour" n'est pas sans rappeler une autre série du même genre : Kaamelott.

L'histoire se passe au Moyen-Age, et alors que la guerre fait rage, un seigneur a perdu son territoire. Aidé par son compagnon de fortune, un peu gauche, il tente de récupérer ses terres. 
 
Extrait de la web série "Galéjade & Calembour" / © Fantomas Korporation
Extrait de la web série "Galéjade & Calembour" / © Fantomas Korporation

Le ton, comme dans la série d'Alexandre Astier, est volontairement actuel, drôle et décalé. 
 

Une production amateur et bénévole


Mais à la différence de Kaamelott, les membres de l'équipe sont tous amateurs et bénévoles. 

"On n'est pas du tout du milieu, on a un travail à côté, donc on a dû composer", explique Lucas Nivesse.

Un élément à prendre en compte lorsqu'il faut s'adapter avec la disponibilité des acteurs et des lieux. "On a tourné pas mal de scènes en un temps assez réduit donc c'était souvent la course", confie le second créateur de la série Alex Lenfant. 
 

Les deux compères, se sont entourés le plus souvent d'amis, mais aussi de spécialistes de combats médiévaux. 

Les neuf premiers épisodes sont déjà en ligne sur la chaîne Youtube de Fantomas Korporation, en attendant le dernier prévu pour le 10 août. 
 

 

Sur le même sujet

Le saxophoniste Arnold Pol joue Jubel

Les + Lus