• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Histoires 14-18 : Floyd Gibbons, le journaliste trompe-la-mort

© Pathé Gaumont/Archives Nationales Américaines, bibliothèque du Congrès/Chicago Tribune
© Pathé Gaumont/Archives Nationales Américaines, bibliothèque du Congrès/Chicago Tribune

Par France 3

L’image est sidérante de détachement : un pansement couvre le visage de Floyd Gibbons, le journaliste a perdu un œil à la guerre, l’infirmière lui allume une cigarette et il la savoure tranquillement, sourire en coin. Gibbons est 100% américain, écrit la presse française, courageux jusqu’à l’inconscience, l’envoyé spécial du Chicago Tribune a plongé dans la mêlée du Bois Belleau.

Gibbons est habitué au danger. A ses débuts, il tient la chronique criminelle et endant la révolution mexicaine, il passe plusieurs mois au côté de Pancho Villa. En 1917, il met le cap sur l’Europe. Prudent, son journal réserve une place à bord d’un navire scandinave mais Gibbons préfère monter à bord du Laconia. Le paquebot britannique est coulé... et ... le journaliste raconte le naufrage ! « J’ai de sérieux doutes sur le fait que cette histoire soit vraie. C’est peut-être un rêve. Dans quelques minutes, je me réveillerai, dans ma cabine. » L’article secoue l’opinion.
 
Histoires 14-18 : Floyd Gibbons, le journaliste trompe-la-mort
Source archives : - Pathé Gaumont - Archives Nationales Américaines, bibliothèque du Congrès - Chicago Tribune  - France 3 - D. Patinec


Correspondant de guerre, Gibbons se faufile jusqu’en première ligne, au côté des Marines. Il fait de Dan Daly une vedette, en rapportant cette phrase inoubliable.  Le sergent dur-à-cuire exhorte ses hommes à le suivre : « Allez, fils de putes, vous voulez vivre pour toujours ??? ».  Le sous-officier jugera avoir dit « pour l’amour de Dieu ».
Gibbons lui-même est blessé en voulant secourir un officier. Deux balles dans le bras, une troisième ricoche dans l’œil.

Les Français décorent l’intrépide journaliste : croix de Guerre, puis Légion d’Honneur, remise par le maréchal Foch en personne.
Gibbons poursuit sa vie d’aventure : famine en Russie, traversée du Sahara, guerre d’Espagne; Il deviendra un chroniqueur vedette de la radio, célèbre pour son débit mitraillette. Il aura aussi son étoile sur Hollywood Boulevard.




 

 

Sur le même sujet

Les clefs de Mat Bastard

Les + Lus