• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le monoxyde de carbone, un gaz sournois qui tue

© Maxppp
© Maxppp

Dès que les températures sont en chute, les pompiers interviennent fréquemment pour des intoxication au monoxyde de carbone dans les habitations. Un gaz incolore, et inodore et qui fait régulièrement des victimes. 

Par Halima Najibi

Ces derniers jours, les températures sont descendues au-delà du 0°C. Les habitations qui sont équipées d'appareils de chauffe défectueux risquent l'accident. Ce jeudi, les sapeurs-pompiers de l'Aisne sont intervenus à Harly pour une intoxication au carbone de deux personnes. Ils encouragent les Axonais à aérer leurs habitations malgré les températures très basses et à vérifier leurs installations.

Les intoxications au monoxyde de carbone provoquent en moyenne une centaine de morts chaque année sur le territoire français. Il s'agit d'un gaz incolore et inodore, et donc indétectable par l'homme.

300 personnes meurent chaque année de ce gaz sournois


Les sapeurs-pompiers de l'Aisne, vous donnent quelques conseils pour éviter l’intoxication au monoxyde de carbone (CO). 
Chaque année, en France, 6 000 personnes sont victimes d’une intoxication due au CO et 300 en meurent. 

Il est le résultat d’une mauvaise combustion, quelle que soit la source d’énergie : bois, gaz (naturel, butane, propane ou pétrole liquéfié), charbon, essence, etc. Le CO agit comme un gaz asphyxiant très toxique prenant la place de l’oxygène dans le sang. Il peut s’avérer mortel en moins d’une heure.

Il provoque deux types d’intoxication 


• L’intoxication faible ou chronique : elle se manifeste par des maux de tête, des nausées et de la fatigue. Elle est lente.
• L’intoxication grave : plus rapide, elle entraîne des vertiges, des troubles du comportement, des pertes de connaissance, le coma ou le décès. Ces intoxications peuvent laisser des séquelles à vie.

Que faire en cas d'accident ?


1. Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres ;
2. Faire évacuer les locaux de leurs occupants ;
3. Appeler les secours : 112 ou 18 pour les pompiers ou 15 pour le SAMU ;
4. Ne réintégrer les locaux qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer.

Le filmeur du dimanche

Les + Lus