• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Dans l'Aisne, les Gilets jaunes font fermer la mairie d'Hirson

Mobilisation des Gilets jaunes à Hirson dans l'Aisne le 24 novembre 2018 / © France 3 Picardie
Mobilisation des Gilets jaunes à Hirson dans l'Aisne le 24 novembre 2018 / © France 3 Picardie

90 Gilets jaunes ont été délogés, mardi 11 décembre, du rond-point de Charleville à Hirson (Aisne) par les gendarmes, épaulés par des agents communaux. En réaction, les manifestants ont fait fermer l'hôtel de ville le lendemain. Ils comptent y épandre du fumier et réinvestir le giratoire.

Par Valentin Pasquier

Mardi 12 novembre, vers 8 heures du matin, une vingtaine de Gilets jaunes a investi la mairie d'Hirson, dans le nord de l'Aisne, pour faire fermer le bâtiment. Les employés municipaux ont été renvoyés chez eux. "Ils ont été plutôt compréhensifs. La plupart ont appelé leurs collègues pour ne pas venir travailler aujourd'hui", raconte Amélia Desmasures, l'une de ces bloqueuses.

Ces porteurs de vestes réfléchissantes se disent excédés par le comportement du maire. La veille, 90 d'entre eux ont été délogés manu militari par les gendarmes de la garde mobile du rond-point de Charleville, qui mène au département des Ardennes et à la frontière belge. "Ils ont tout éclaté sans réfléchir ils n'ont pas cherché à comprendre," regrette Amélia Desmasures. Vers 16h30, une douzaine de camions des forces de l'ordre est arrivé pour lever le barrage et détruire les cabanes des manifestants... épaulés par des agents communaux et de la direction départementale de l'Équipement (DDE).
 

Bloquer la mairie et le marché de Noël

Le maire se défend. "Nous avons reçu l'ordre du préfet de Région de nettoyer les giratoires après le passage des forces de l'ordre, explique Jean-Jacques Thomas, premier édile (PS) de cette commune de l'Aisne, en déplacement à Strasbourg. [Le blocage de la mairie] fait partie des dysfonctionnements que l'on peut regretter. Il n'est pas question ici de reconnaissance de la part des manifestants. S'en prendre ainsi aux employés de la commune, c'est vraiment regrettable." L'équipe municipale avait notamment, au début du mouvement des Gilets jaunes mi-novembre, fourni un groupe électrogène et une tonnelle aux manifestants.

 


Ces derniers expliquent bloquer la mairie pour avant tout dénoncer le double langage du maire. Selon eux, des agents de la commune ont été réquisitionnés pour détruire les installations "alors qu'ils enfilent un Gilet jaune à la fin de leur journée de travail," prétend la porte-parole. Toujours selon les Gilets jaunes, certains agents locaux de la DDE auraient refusé d'intervenir et les pouvoirs publics auraient été contraints de faire appel à des agents de Montcornet (Aisne), commune située à 30 kilomètres.

En fin de matinée, les Gilets jaunes sont revenus sur le rond-point de Charleville pour y reconstruire leurs cabanes détruites. Et avec l'aide de deux agriculteurs acquis à leur cause, ils comptent déverser du fumier devant le bâtiment municipal dans l'après-midi et maintenir son blocage aussi longtemps que possible. "Je pense qu'on va aussi bloquer le marché de Noël qui doit être inauguré ce week-end, conclut Amélia Desmasures. On ne voulait pas en arriver là, mais s'il faut le faire pour se faire entendre, alors on le fera."


 

Sur le même sujet

Mon corps, j'en fais vraiment ce que je veux ?

Les + Lus