Qui est Grimonie, cette sainte dont la relique déchire la Thiérache ?

Conservé en l'église de Lesquielles-Saint-Germain (Aisne), le fémur de Sainte Grimonie est au coeur d'une dispute entre cette commune et celle de La Capelle. / © Éric Henry / France Télévisions
Conservé en l'église de Lesquielles-Saint-Germain (Aisne), le fémur de Sainte Grimonie est au coeur d'une dispute entre cette commune et celle de La Capelle. / © Éric Henry / France Télévisions

Un bras de fer oppose la commune de Lesquielles-Saint-Germain (Aisne), où repose une relique de Sainte Grimonie, et le diocèse de Soissons, qui souhaiterait en récupérer une partie pour organiser des processions. Qui était cette sainte et pourquoi est-elle importante pour la Thiérache ?

Par Valentin Pasquier

Connaissez-vous Sainte Grimonie, fêtée le 7 septembre ? Cette dame, qui a vécu au IVe siècle, est aujourd'hui au centre d'un bras de fer entre la commune de Lesquielles-Saint-Germain (Aisne) d'un côté, et de l'autre celle de La Capelle et le diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin.

Ces derniers souhaiteraient récupérer une relique appartenant à cette martyre chrétienne, un fémur détenu depuis le XIXe siècle par la Ville de Lesquielles-Saint-Germain. L'os a bien failli être morcellé afin de satisfaire les deux camps, mais l'opération a été stoppée sous la pression d'habitants et des membres de l'équipe municipale de cette commune de la Thiérache. Pourquoi cette controverse ? Eh bien sachez que Sainte Grimonie est une figure peu commune de l'histoire locale.
 

Une princesse légendaire

Grimonie est une princesse originaire d'Hibernie, nom qui désigne l'Irlande au IVe siècle. À cette époque débute l'évangélisation de l'île et la jeune femme se fait baptiser à douze ans en secret, sans en parler à son père, un roi attaché au culte des idoles. Les écrits racontent que, promise par son père à un gentilhomme local dès qu'elle fut en âge de se marier, Grimonie lui aurait avoué qu'elle préfèrait consacrer sa vie à Jésus Christ, et ainsi rester vierge.

Après une fugue de sa fille, le souverain, pris de colère, l'aurait enfermée dans un cachot pour la convaincre d'abandonner le christiannisme et d'épouser celui qu'on lui avait promis. Un ange serait ensuite venu délivrer Grimonie de sa cellule fin de la récompenser pour sa piété.
 

Une fin tragique

Protégée par Dieu des naufrages, la princesse fuit en bateau jusqu'en France. Elle parvient en Thiérache où, après en avoir traversé les forêts vierges, atteint un lieu nommé Donorum, à l'emplacement actuel de ce que deviendra au XVIe siècle le bourg de La Capelle (Aisne).

Là, elle vit en ermite de prière et de méditation, ne se nourrissant que de racines et de fruits sauvages. Malheureusement pour elle, la jeune princesse est retrouvée par des soldats envoyés par son père, relate la légende. Devant son refus catégorique de revenir se marier en Hibernie, les militaires auraient alors tranché la tête de la martyre avant d'enfouir son corps sous un amas de terre.


Les reliques déménagent à Lesquielles-Saint-Germain

La légende, racontée en Thiérache de père en fils, reprend vie des siècles plus tard. Attirés par une lueur provenant de la forêt avoisinante, des paysans retrouvent le corps parfaitement conservé de la princesse et identifient la jeune femme dont le sort a nourri les contes locaux. Une chapelle est alors érigée à l'endroit de la découverte et les malheureux qui se prosternent devant cette nouvelle sainte sont miraculeusement guéris.

Au XIIe siècle, la Thiérache est en proie à la guerre. Des habitants de La Capelle abritent alors certains restes de la sainte dans le village voisin de Lesquielles-Saint-Germain, dont l'église est fortifiée. Les reliques sont authentifiées en 1231, puis éparpillées au cours des siècles, avant que le fémur de Sainte Grimonie ne regagne l'église de Lesquielles-Saint-Germain en 1748, où elle repose depuis cette date.

 

La partition repoussée aux calendes grecques

Aujourd'hui, La Capelle et le diocèse demandent à Lesquielles-Saint-Germain de restituer un fragment de cette relique, afin d'organiser des processions au départ de son église Sainte-Grimonie. La sainte est invoquée pour résoudre les problèmes de vue.

Pour le nouveau curé de La Capelle, il s'agit avant tout "d'un retour aux sources sans démunir pour autant l'église de Lesquielles-Saint-Germain". Le diocèse assure que "cet événement doit permettre également de mieux faire connaître l’histoire de cette sainte fondatrice de notre Église et d’encourager la vénération des fidèles." La partition, interrompue le 10 septembre, a été repoussée à une date inconnue.


Notre reportage à Lesquielles-Saint-Germain (Aisne)

Le fémur de Sainte Grimonie, la relique que la Thiérache s'arrache
Intervenants : Marie-Laure Leroux et Bouchra Dumange, habitantes de Lesquielles-Saint-Germain (Aisne); Pierre Pothron, passionné d'histoire locale; Francine Brusset, maire (S.E.) de Lesquielles-Saint-Germain. - France 3 Hauts-de-France - Reportage : Rémy Vivenot et Éric Henry. Montage : Pierre-Olivier Pappini.


 

Sur le même sujet

Grève au CHU d'Amiens : extrait du JT du 11/10/2019

Les + Lus