• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Arrageoise et trisomique, Éléonore Laloux réagit vivement à la dernière « une » de Charlie Hebdo

Eleonore Laloux : "Je suis Charlie mais faut pas charrier". / © Capture d'écran vidéo d'Eleonore Laloux
Eleonore Laloux : "Je suis Charlie mais faut pas charrier". / © Capture d'écran vidéo d'Eleonore Laloux

L’Arrageoise Éléonore Laloux, auteure du livre « Triso, et alors ? », a publié sur YouTube une vidéo en réaction à la dernière « une » de Charlie qui montre le général de Gaulle portant une Nadine Morano-bébé, avec ce titre : « Morano, la fille trisomique cachée de De Gaulle ». 

Par @F3nord

1. La polémique Nadine Morano

La députée européenne Nadine Morano, invitée de l'émission "On n'est pas couché" samedi 26 septembre,  habituée des phrases chocs, provoque un tollé en déclarant : "Nous sommes un pays judéo-chrétien. Le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères." Elle ajoute : "J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane."
moranov

La polémique enfle. Nadine Morano se voit retirer son investiture en tant que tête de liste Les Républicains en Lorraine pour les régionales. Elle refuse de présenter ses excuses et critique la façon dont Nicolas Sarkozy la traite.

2. Charlie Hebdo met en une l'affaire Morano

Dans son dernier numéro publié mercredi 7 octobre, Charlie Hebdo fait sa une avec un dessin de Nadine Morano en bébé, dans les bras du général de Gaulle. L'auteur du dessin, Riss, légende sa caricature par : "Morano, la fille trisomique cachée de De Gaulle" , en référence à Anne de Gaulle, née en 1928 et morte à 20 ans. Immédiatement, les parents d'enfants trisomiques, des citoyens, critiquent cette une. "Dans une tribune publiée mercredi sur L'Express.fr, une lectrice du journal satirique et mère d'une fillette atteinte de trisomie 21 dit avoir été blessée : "Tu fais du mal à tous les proches de personnes trisomiques. Laisse-moi te dire quelque chose (...) : la bêtise, c'est le racisme, c'est l'intolérance, c'est Morano. La bêtise, ce n'est pas la trisomie."


Coco, dessinatrice à Charlie Hebdo, se défend : "C'est une blague potache comme le journal en a toujours fait, sur une ligne caustique et ironique, explique-t-elle. Il y a une lecture du dessin au premier degré qui est affligeante."

3. Eleonore Laloux réagit dans une vidéo

Eléonore Laloux, 30 ans, auteure du livre « Triso, et alors ? », Arrageoise, militante de l'intégration des trisomiques dans la société depuis de nombreuses années décide à son tour de réagir. Elle se filme dans son appartement, à côté de la « une » de "Charlie Hebdo". Avec en sous-titre "Je suis Charlie, mais faut pas charrier..."
eleonore laloux charlie

Elle prend d'abord nettement ses distances avec Nadine Morano : « Elle a employé des mots qui ne sont pas vrais. Ce n’est pas vrai que la France est un pays de race blanche. Moi, je pense que les gens de couleur ont toute leur place en France ». Puis elle explique pourquoi elle a été heurtée par la "une" de Charlie Hebdo. « « J’ai 30 ans, je vis seule dans mon appartement, j’ai un chéri, je suis agent administratif au service facturation d’un hôpital... Et je suis heureuse avec mon chromosome en plus. C’est une couverture injuste envers les personnes ayant une trisomie 21. C’est honteux et inadmissible. "

Elle termine en proposant à Riss, l’auteur du dessin, de lire son livre et lui propose une prochaine rencontre...

4. Une association porte plainte contre Charlie

L'association Handi Pop' a décidé de porter plainte, avec plusieurs familles. La chambre de la presse du Tribunal de Grande Instance de Paris devra donc dire bientôt si cette caricature est une diffamation en raison du handicap.

"La diffamation, ou l'injure, "en raison du handicap" est une diffamation dite spéciale, ou aggravée, qui a été introduite par une loi du 30 décembre 2004 destinée à renforcer les droits des personnes handicapées", rappelle l'Express. La sanction est sévère dans ces cas particuliers : 1 an de prison et 45 000 euros d'amende."

Sur le même sujet

Retour sur le 18 mai et l'au revoir d'Anne-Sophie Roquette au LOSC

Les + Lus