• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Assassinat de Solre-le-Château : le tueur et son père placés en détention provisoire

ILLUSTRATION / © MaxPPP
ILLUSTRATION / © MaxPPP

Thomas Jouniaux et son père ont été placés en détention provisoire pour l'assassinat et la complicité d'assassinat de Pascal Nawrocki, abattu par balle samedi soir, devant son domicile de Solre-le-Château (Nord).

Par Lucas Hobé


Thomas Jouniaux a été mis en examen pour l'assassinat de Pascal Nawrocki à Solre-le-Château (Nord). Son père, qui l'a accompagné sur les lieux du crime après que son fils ait pris une arme à feu, a quant à lui été mis en examen pour complicité d'assassinat.

Les deux hommes ont été placés en détention provisoire a-t-on appris ce mercredi auprès de François Pérain, le procureur de la République de Valenciennes.

Pascal Nawrocki, âgé de 29 ans, a été tué d'un coup de feu unique, porté au niveau du thorax aux alentours de 22h samedi 19 novembre devant chez lui. Sa compagne le retrouvera étendu au sol. Alerté, le frère de Laura se rendra immédiatement sur place et croisera en chemin un véhicule qui ressemble à celui de Thomas Jouniaux, l'ex-compagnon de sa soeur. 

"On savait que la relation nouvelle entre la victime et sa compagne, qui remontait à deux mois, avait été très mal vécue par cet ancien compagnon", a indiqué mardi François Pérain lors d'une conférence de presse. 

Les aveux du père puis de Thomas Jouniaux

Interpellé le dimanche 20 novembre par les gendarmes, Thomas Jouniaux niera d'abord avoir tué Pascal Nawrocki et expliquera aux gendarmes qu'il regardait l'émission "Danse avec les Stars" sur TF1 en compagnie de son père, de sa mère, de sa soeur et de son beau-frère.

Une partie de l'alibi s'est effondrée lorsque le beau-frère et la soeur ont indiqué qu'ils n'étaient pas restés toute la soirée.

Placé en garde à vue par le parquet de Valenciennes lundi soir, le père de Thomas Jouniaux "va reconnaître qu’il a accompagné son fils sur les lieux du crime après que celui-ci ait pris un fusil de chasse. Il l’a déposé, dit-il, puis il est reparti, puis il est revenu pour le rechercher. Là, le fils lui a dit que ça s’était mal passé. La version du père c’est de dire qu’il ne savait pas du tout ce qu’allait faire son fils sur les lieux, il dit qu’il pensait que c’était pour intimider et pas pour tuer".

Ayant compris que son alibi ne tenait plus, Thomas Jouniaux est passé à son tour aux aveux. "Il dit que pendant toute la semaine précédente, il a répété à son père qu’il allait le tuer et que son père, lorsqu’il le conduit sur les lieux du crime ne pouvait pas ignorer ce qui allait se passer" relate le procureur de la République de Valenciennes.

"Il va dire aux enquêteurs : "je ne suis pas débile, je savais qu’il avait peu de chances de s’en sortir" et il a ajouté qu’il était sûr qu’il avait tué la victime. Il n’était pas sûr à 100% mais "pratiquement sûr"".

Sur le même sujet

Les clefs de Mat Bastard

Les + Lus